La Voie maritime du Saint-Laurent a enregistré l'an dernier son plus haut tonnage transporté depuis 2007, propulsée par une flambée des livraisons de céréales et les guerres tarifaires mondiales, qui se sont révélées favorables au Canada.

Mis à jour le 17 janv. 2019
LA PRESSE CANADIENNE

La Corporation de gestion de la Voie maritime du Saint-Laurent a indiqué jeudi que le trafic avait atteint 40,9 millions de tonnes de marchandises en 2018, une augmentation de 7 % par rapport à l'année précédente.

Les céréales représentaient près du tiers du tonnage total qui a emprunté la voie navigable vieille de 60 ans, ce qui représentait une augmentation de 20 % par rapport à 2017.

Le président de la Chambre de commerce maritime, Bruce Burrows, a indiqué que les tensions commerciales entre les États-Unis et d'autres pays avaient été à l'avantage des exportateurs canadiens.

Un tarif chinois sur le soya américain et des contre-tarifs européens sur le maïs américain ont entraîné une augmentation des expéditions en provenance du Canada, qui a connu une forte récolte de maïs l'année dernière.

M. Burrows a également indiqué que les chutes de neige hâtives avaient alimenté les expéditions de sel de déneigement, tandis que la demande en infrastructures dans l'est du continent a généré des volumes plus importants d'autres produits solides comme le gravier et le ciment.