En pleine pénurie de main-d'oeuvre, Daniel Lachapelle a vu une demi-douzaine des jeunes électromécaniciens qui travaillaient pour lui, « presque un département au complet », déménager leurs pénates chez Bombardier, où on leur offrait jusqu'à 50 % de plus. Et il en a assez.

Jean-François Codère LA PRESSE

« Nous savons que la main-d'oeuvre spécialisée est difficile à trouver et nous sommes capables de faire face à ce problème », a-t-il récemment écrit dans un courriel acheminé à La Presse.

« Mais quand nos assembleurs électromécaniques juniors qui sortent d'un diplôme d'études professionnelles se font offrir de Bombardier des salaires de plus de 30 $ l'heure, financés par nos gouvernements et notre argent et qu'au bout du compte ils ne génèrent presque pas de profits, cela me met en colère. »

M. Lachapelle dit verser de 18 à 20 $ l'heure à ces employés fraîchement diplômés. Son entreprise fabrique des machines sur mesure pour l'emballage. Le rôle des électromécaniciens est de « passer des fils dans des boîtes électriques », résume-t-il.

« On parle partout des besoins de main-d'oeuvre dans l'aérospatiale, mais personne ne parle de nous », dit-il.

PAS LES MÊMES OUTILS

Reprenant un discours déjà entendu il y a quelques mois quand les entrepreneurs technologiques Louis Têtu et Eric Boyko ont tour à tour dénoncé les crédits d'impôt versés aux géants du jeu vidéo, il affirme que Bombardier n'a pas d'effet positif sur le nombre d'emplois.

« Ils ne créent pas des emplois, ils volent des emplois. Je les comprends, ils ont besoin de personnel eux aussi. Mais ils le font avec des outils auxquels nous n'avons pas accès. Nous, tout ce à quoi on a accès, ce sont les crédits pour la recherche et le développement, et ils les ont eux aussi. »

Dans sa plainte originale déposée auprès des autorités américaines pour faire déclarer illégales les subventions attribuées à Bombardier, Boeing avait nommé 14 programmes différents provenant de Québec, d'Ottawa, de la Ville de Mirabel ou du Royaume-Uni, dont l'investissement de 1 milliard de dollars américains de Québec.

« Comme tous les employeurs, nous cherchons toujours à attirer et à retenir les meilleurs talents, et les salaires que nous offrons sont conformes aux normes du marché. »

- Simon Letendre, porte-parole de Bombardier, dans un courriel

« En parallèle, nous travaillons avec les institutions d'enseignement pour faire la promotion des métiers de l'aéronautique et assurer la relève de notre industrie dans un contexte de pénurie de main-d'oeuvre qui affecte tous les employeurs, y compris Bombardier. »

VENTES EN HAUSSE

La situation est d'autant plus dérangeante pour Aesus, qui compte actuellement une centaine d'employés, qu'elle menace de l'empêcher de fournir à la demande alors que les ventes bondissent. 

« Les ventes augmentent de plus en plus, je ne sais pas ce qui se passe aux États-Unis, mais elles ont augmenté de plus de 60 % », dit M. Lachapelle. Environ 80 % des quelque 18 millions de revenus d'Aesus proviennent des États-Unis.

L'entreprise a déjà connu, en 2014, une période d'instabilité liée à une hausse soudaine de ses ventes et à la mort du frère de M. Lachapelle, qui occupait un rôle important.

« On a eu des retards de jusqu'à six mois, on a perdu des commandes. Depuis, on a augmenté notre productivité de 80 %. Mais si on perd nos gens, tout va être à revoir. »

C'est d'ailleurs ce qu'il a commencé à faire, faute de recrutement possible. « Quand on perd quelqu'un, plutôt que de toujours le remplacer, on cherche des solutions pour ne plus en avoir besoin. »

MÊME SANS LES CRÉDITS

Des inquiétudes similaires avaient été soulevées, en novembre dernier, quand Bombardier avait annoncé la création de 1000 emplois à Pointe-Claire, pour la fabrication des intérieurs de son luxueux avion d'affaires Global 7000. L'Association des fabricants de meubles du Québec s'était alors inquiétée de l'impact sur ses membres.

Pour Martine Hébert, vice-présidente principale et porte-parole de la Fédération canadienne de l'entreprise indépendante (FCEI), les problèmes vécus par Aesus « sont des doléances qu'on entend assez fréquemment envers les multinationales ou parfois le secteur public, surtout dans le contexte actuel où il y a pénurie de main-d'oeuvre dans plusieurs industries et régions ».

Le problème dépasse les subventions, estime-t-elle toutefois.

« Je ne suis pas prête à pointer les subventions aux multinationales du doigt. Certains pourraient dire qu'en contrepartie, elles fournissent beaucoup de travail à leurs fournisseurs. À la base, les grandes entreprises ont plus de marge de manoeuvre et de ressources pour attirer du personnel. »

La solution, croit-elle, passe par une fiscalité plus avantageuse pour les PME, « afin qu'elles puissent offrir des conditions de travail qui rivalisent mieux avec celles des grandes entreprises ».

***

CE QUE CETTE ENTREPRISE RECHERCHE

• De trois à quatre électromécaniciens

• Titulaires d'un diplôme d'études professionnelles (DEP) en électromécanique

• Aucune expérience requise

• Pour de l'assemblage mécanique et électrique dans la production de machinerie industrielle

• À Pointe-Claire, emplois de jour