Les deux plus grands chemins de fer du Canada voient d'un bon oeil la présidence américaine de Donald Trump, malgré certaines inquiétudes au sujet de la possibilité que des quotas soient imposés sur les exportations de bois d'oeuvre.

Publié le 30 nov. 2016
Ross Marowits LA PRESSE CANADIENNE

Des hauts dirigeants du Canadien National et du Canadien Pacifique ont indiqué mercredi, lors d'une conférence sur le transport, qu'ils n'étaient pas inquiets, pour l'instant, de la menace du président désigné de revoir l'Accord de libre-échange nord-américain.

Selon le président du CP, Keith Creel, les menaces de M. Trump de modifier l'accord commercial visent surtout le Mexique, et non le Canada.

En outre, M. Creel voit des avantages potentiels si jamais M. Trump va de l'avant avec son programme d'infrastructure de 1000 milliards de dollars américains et sa réduction du taux d'imposition des entreprises américaines à 15 %.

Un grand programme de relance augmenterait la demande pour les matériaux bruts du Canada incluant les matériaux pierreux, le ciment, l'acier et les produits chimiques. Cela serait avantageux pour le transporteur ferroviaire de Calgary, qui tire entre 30 % et 35 % de ses revenus aux États-Unis.

«Alors nous sommes optimistes, en toute honnêteté», a affirmé M. Creel lors d'une conférence organisée par Credit Suisse Industrials à Palm Beach, en Floride.

«Je crois que ce sera une bonne chose s'il fait ce qu'il dit qu'il va faire.»

Ghislain Houle, directeur financier du CN, a offert une perspective semblable, tout en se disant inquiet de l'éventuelle imposition de quotas sur les exportations de bois d'oeuvre, ce qui nuirait à l'entreprise de Montréal.

Le CN tire 15 % de ses revenus d'ensemble du transport de produits forestiers, incluant les livraisons à l'intérieur du Canada, aux États-Unis et à l'étranger.

La coalition des producteurs américains de bois d'oeuvre a officiellement déposé une requête auprès du gouvernement américain pour un «commerce juste» du bois d'oeuvre. Elle cherche à obtenir l'imposition de droits et de quotas pour réduire les importations de bois d'oeuvre du Canada.