La Caisse de dépôt et placement du Québec estime que l'interprétation du sondage sur le nombre d'usagers prévu du futur train électrique faite jeudi par le chroniqueur de La Presse Francis Vailles « déforme les faits ».

Mis à jour le 18 nov. 2016
LA PRESSE

Selon ce sondage, seulement 16 % des répondants affirment qu'ils opteront à coup sûr pour le REM. Dans l'ensemble, les répondants jugent que le futur REM se traduirait par un trajet plus long, en moyenne, que leurs modes de transport actuels, des résultats qui ont surpris SDG, la firme d'experts qui a mené le sondage.

Selon la Caisse, ce sondage « constitue une petite portion subjective d'une étude beaucoup plus approfondie de l'achalandage attendu pour le REM ».

Cette étude prévoit que le REM réalisera près de 167 000 passages par jour, soit près de deux fois l'achalandage des systèmes actuels de transports collectifs, selon la Caisse. « L'étude d'achalandage confirme ainsi les prévisions de CDPQ Infra et l'intérêt d'un projet attendu depuis longtemps, qui répond à des besoins clairement identifiés, et qui aura des bénéfices majeurs pour la grande région de Montréal », soutient la Caisse.