Malgré les compressions budgétaires, la baisse des effectifs et le déficit appréhendé de son fonds d'immobilisations, l'Agence métropolitaine de transport (AMT) fera l'acquisition de 23 nouvelles voitures pour le réseau de trains de banlieue, au coût d'environ 85 millions, d'ici janvier 2015.

Mis à jour le 19 déc. 2013
BRUNO BISSON LA PRESSE

L'AMT a lancé un appel d'offres public le 6 décembre dernier pour «la fabrication et la fourniture à l'AMT de 20 voitures remorques à deux étages et 3 voitures remorques à deux étages avec loge de conduite». Selon un document technique, ces nouvelles voitures devront «être pleinement interchangeables avec les voitures multi-niveaux existantes de la série 3000», fabriquées par Bombardier, et qui sont déjà en service sur le réseau de l'AMT.

«L'interchangeabilité visera, au minimum, les systèmes de freinage, commande des portes [extérieures et intérieures], communications, attelages, bogies, l'emplacement de la loge de conduite, l'agencement des commandes, et systèmes de diagnostic», précise l'appel d'offres.

Un constructeur pourra «proposer séparément un système de rechange, s'il estime qu'un tel système est dans l'intérêt de l'AMT. Le système de rechange doit être décrit au complet et tous les détails et les prix doivent être proposés à titre d'option laissée à la seule décision de l'AMT».

Les constructeurs intéressés auront deux mois pour présenter leur proposition. Les soumissions doivent être reçues pour le 7 février 2014.

Entretien et nouveaux services

En 2014-2015, plusieurs échéances impossibles à contourner et difficiles à reporter feront pression, simultanément, sur la gestion du matériel roulant de l'AMT, qui exploite cinq lignes de train de banlieue transportant 17,3 millions de passagers par année.

Les voitures de série 3000 construites par Bombardier et livrées à l'AMT, entre 2009 et 2011, sont déjà en service sur les lignes de Saint-Jérôme, Mont-Saint-Hilaire et Vaudreuil-Hudson.

Au moment de leur acquisition, en 2007, 30 de ces 160 voitures étaient destinées au futur train de l'Est, entre Montréal et Mascouche. Cette ligne de train entrera en service à la fin de 2014.

De plus, l'AMT prévoit mettre en service des rames composées de voitures 3000 sur la ligne de train la plus importante de son réseau, celle de Deux-Montagnes - qui fonctionne seulement à l'électricité. Les voitures seront tirées par une locomotive bimode, roulant à la fois au diesel et à l'électricité.

Actuellement, seules les 58 voitures électriques MR-90 de l'AMT peuvent assurer le service sur cette ligne en raison de la traversée du tunnel du mont Royal, essentielle au service de train. Or, ces voitures arrivent au milieu de leur vie utile et doivent faire l'objet d'une remise à neuf complète, qui forcera à retirer plusieurs voitures du service pour de longues périodes.

Selon la porte-parole de l'AMT, Claudia Martin, ces contraintes opérationnelles et les ajouts de service récents sur les lignes de Saint-Jérôme et de Mont-Saint-Hilaire ont justifié l'achat de 23 voitures neuves pour maintenir les services aux usagers, tout en assurant une rotation adéquate du matériel en entretien préventif.

Dans son dernier plan triennal d'immobilisations, l'AMT estimait le coût d'achat de nouvelles voitures de passagers à environ 3,7 millions l'unité. Le coût estimé pour les 23 voitures «interchangeables» projetées dans son appel d'offres pourrait ainsi s'établir à environ 85 millions.