En dépit du resserrement du budget de la défense dans plusieurs pays, CAE (T.CAE) a annoncé hier l'obtention de contrats militaires d'une valeur de plus de 100 millions de dollars.

Mis à jour le 19 janv. 2012
Marie Tison LA PRESSE

CAE a notamment annoncé que le ministère canadien de la Défense nationale lui avait attribué un contrat pour la mise à niveau des simulateurs pour l'avion de transport C-130H et pour l'hélicoptère CH-146 Griffon.

CAE a également conclu un contrat avec une société malaisienne, Professional Way, pour la fourniture de services de soutien à la maintenance pour un simulateur de vol. L'entreprise montréalaise a également obtenu des contrats pour la fabrication d'un simulateur de maintenance Tornado pour la Force aérienne allemande et d'un autre pour la Royal Air Force, au Royaume-Uni. Ces simulateurs serviront à la formation des techniciens en révision de moteur.

La vice-présidente aux Affaires publiques de CAE, Nathalie Bourque, a fait remarquer que ces contrats montraient bien la diversité géographique de la clientèle de l'entreprise.

CAE n'a pas voulu révéler la valeur de chacune de ces ententes.

Même si la valeur totale des contrats est significative, Mme Bourque a reconnu que les commandes du secteur de la défense étaient un peu moins élevées que celles de l'année dernière à la même période.

«Il y a un certain retard du côté de plusieurs pays pour l'appropriation des budgets, a-t-elle expliqué. Nous sommes quand même dans une situation acceptable, surtout que nous considérons que nous faisons partie de la solution. L'entraînement sur simulateurs coûte 10 fois moins cher que l'entraînement en vol.»

Elle a ajouté que le secteur civil était en avance sur l'an passé: CAE a déjà vendu 30 simulateurs civils alors qu'elle n'avait vendu que 29 simulateurs pendant tout l'exercice précédent, qui se terminait le 31 mars 2011.