Les syndiqués de la Banque Laurentienne ont accepté à 81% l'offre patronale pour le renouvellement de leur convention collective.

MARISSA GROGUHÉ LA PRESSE

Cette proposition finale avait été déposée par la direction le 1er mars. Deux jours plus tôt, on annonçait l'abolition de 350 postes, soit environ 10% de l'effectif, dans le cadre d'un vaste plan de restructuration. 

Quelque 671 membres ont pris part à l'assemblée tenue dimanche au centre-ville de Montréal.

«Le syndicat a décidé de ne faire aucune recommandation sur l'offre, a indiqué le SEPB-Québec, par voie de communiqué. Autrement dit, il n'a conseillé ni son rejet ni son acceptation. La section locale s'en est plutôt remise à la décision de l'assemblée générale.»

Environ 1200 employés, représentés par le Syndicat des employés professionnels et de bureau (SEPB-Québec), affilié à la FTQ, se trouvaient sans contrat de travail depuis l'échéance de leur convention en décembre 2017. Les négociations avaient été entamées en 2016.

Cela fait maintenant trois ans que la Banque Laurentienne a amorcé sa transformation, qui a déjà engendré la fermeture de certaines succursales.