Le surplus budgétaire du Québec devrait s'élever à 5 milliards cette année, selon l'ancien ministre libéral des Finances, Carlos Leitão, mais le premier ministre François Legault a minimisé considérablement cette estimation pour l'établir à 2 milliards.

Mis à jour le 19 févr. 2019
PATRICE BERGERON LA PRESSE CANADIENNE

En point de presse au parlement, M. Leitão a validé la projection de l'Institut du Québec rendue publique mardi, qui fixait le surplus entre 3,4 et 4,6 milliards, mais en la qualifiant de plutôt conservatrice.

Rappelons que depuis son accession au pouvoir, le gouvernement Legault a toujours tenté d'évaluer à la baisse les marges de manoeuvre dont il dispose. En décembre, lors de la dernière mise à jour économique, on avait évalué à 1,7 milliard le surplus au terme de l'exercice budgétaire.

« Autour de 5 milliards »

M. Leitão, qui a été ministre des Finances du précédent gouvernement Couillard, s'est fondé sur les scénarios des trois dernières années : le surplus à la fin de l'année financière est toujours un peu plus élevé que celui des huit premiers mois de l'année

« On est rendu à 4,3 milliards pour les huit premiers mois, donc s'il n'y a pas de mesure extraordinaire, à la fin de mars, ce sera autour de 5 milliards », a commenté M. Leitão, qui est député libéral de Robert-Baldwin. Il a attribué le gonflement du surplus à la croissance des revenus de l'État suscitée par la bonne tenue de l'économie.

Autour de 2 milliards

De son côté, M. Legault a appelé à la plus grande précaution. Il existe un surplus, mais il pourrait fondre rapidement, a-t-il insisté en point de presse, et par ailleurs, l'ancien gouvernement libéral avait déjà engagé des fonds pour l'année 2019-2020.

« On disait peut-être pour l'instant 4 milliards [de surplus pour l'année 2018-2019], mais si on suit les projections prévues par les différents ministères, ça devrait se réduire à 2 milliards. »

Questionné à savoir si son gouvernement tente ainsi de réduire les attentes, donc de retarder l'annonce de ses engagements électoraux, le premier ministre a répondu : « Je ne baisse pas les attentes, je vous dis la vérité ».

Retour au déficit

Le porte-parole libéral en matière de Conseil du trésor, Gaétan Barrette, n'en croit rien. Selon lui, la Coalition avenir Québec (CAQ) a pris trop d'engagements électoraux coûteux et doit donc sous-évaluer les surplus pour baisser la barre.

Dans une mêlée de presse, il a même prédit que le gouvernement Legault finira par replonger le Québec dans les déficits budgétaires. « C'est une équation qui peut nous mener là (vers les déficits) », a-t-il conclu.