Près de 100 millions de bouteilles de vin aboutiraient directement au dépotoir, chaque année au Québec. Pour mettre fin à ce gaspillage écologique et économique, le mouvement « SAQ consigne » a été lancé hier pour accentuer la pression sur la Société des alcools du Québec afin qu'elle instaure une telle mesure.

Mis à jour le 17 janv. 2019
JEAN-THOMAS LÉVEILLÉ LA PRESSE

Le geste était symbolique, mais les instigateurs du mouvement « SAQ consigne » espèrent qu'il fera boule de neige.

Ils ont déposé hier une vingtaine de bouteilles de vin vides sur les comptoirs d'une succursale de la Société des alcools du Québec (SAQ) de l'arrondissement de Rosemont-La Petite-Patrie, à Montréal, pour donner le coup d'envoi à leur initiative.

« On invite les gens à apporter leurs bouteilles à la SAQ jusqu'à ce que la consigne soit mise en place », a déclaré Denis Blaquière, réalisateur du documentaire La poubelle province et porte-parole du mouvement SAQ consigne.

SAQ consigne invite la population à remettre les bouteilles en mains propres à un des employés de la SAQ « dans la bonne humeur et la courtoisie », rappelant que ce ne sont pas eux qui s'opposent à la consigne.

Au contraire, leur syndicat milite « depuis plusieurs années » pour l'instaurer.

« La SAQ met en marché 220 millions de bouteilles par années [dont une grande partie] se retrouve directement au dépotoir », déplore Denis Blaquière, en expliquant que le verre récupéré par la collecte sélective est trop contaminé par d'autres matières pour pouvoir être fondu à nouveau.

« C'est assez scandaleux quand on sait que le verre, comme l'aluminium, est un matériau recyclable à l'infini. »

- Denis Blaquière, porte-parole du mouvement SAQ consigne

Opposition « inexplicable »

Denis Blaquière juge « incompréhensible » qu'il n'y ait pas de consigne sur les bouteilles de vin au Québec.

« Au Canada, il y a seulement deux provinces qui n'ont pas de consigne sur les bouteilles de vin : le Québec et le Manitoba », s'insurge-t-il.

Pourtant, 91 % des Québécois sont en faveur de la consigne des bouteilles de vin, rappelle-t-il, citant un sondage omnibus de la firme SOM réalisé en 2017 (1065 répondants, marge d'erreur maximale de 3,9 %).

Le réalisateur déplore la « virulence assez inexplicable » du « lobby anticonsigne » au Québec, qui a « un poids très important » sur les décideurs publics.

SAQ consigne en appelle au nouveau gouvernement de François Legault pour « être à l'écoute de la population » et améliorer le système québécois de consigne, qui date de 1984.

Le nouveau ministre de l'Environnement Benoit Charette pourrait être sensible aux doléances du mouvement, lui qui a déclaré à son arrivée au Conseil des ministres, hier matin, avoir constaté « qu'il y a un lien de confiance qui est sur le point d'être brisé avec la population » en matière de recyclage au Québec.

Des économies en perspective

La SAQ ne fait « pas de l'économie circulaire » en ne consignant pas les bouteilles de vin, martèle Jean-Claude Thibault, de l'Opération Verre-Vert, une organisation citoyenne qui milite pour l'amélioration du système de récupération au Québec et qui participe au mouvement SAQ consigne.

Il souligne que ce sont les contribuables québécois qui paient, par leurs impôts, pour envoyer le verre aux sites d'enfouissement, alors qu'il pourrait être vendu à des fonderies.

Denis Blaquière donne l'exemple de l'Ontario, qui a instauré en 2007 une consigne sur les bouteilles de vin et qui récolte « deux fois plus de contenants qu'avec la collecte sélective ». « Les contribuables ontariens épargnent 40 millions de dollars par année », explique-t-il.

Le taux de recyclage du verre atteint d'ailleurs 90 % en Ontario, contre 14 % au Québec, affirme-t-il.

C'est d'ailleurs en Ontario et aux États-Unis que la fonderie montréalaise Owens Illinois doit s'approvisionner en verre usagé, qui provient notamment des systèmes de consigne, puisqu'elle n'en trouve pas suffisamment sur le marché québécois.

Les organisateurs du mouvement avaient apporté un échantillon de verre provenant d'un centre de tri et un autre de verre provenant de la consigne afin de démontrer la contamination de l'un et la « pureté » de l'autre.

SAQ consigne souligne que recycler le verre permet également de réduire les émissions de gaz à effet de serre (GES), puisque la fabrication de verre à partir de verre usagé nécessite moins d'énergie.

- Avec Martin Croteau, La Presse