Encouragé par le taux de change favorable, le secteur manufacturier québécois cherche à se remettre de l'hécatombe du début des années 2000. Comment les parcs industriels tirent-ils leur épingle du jeu dans le contexte où le terrain se fait rare? La Presse propose une tournée des quartiers des usines en cinq arrêts. Aujourd'hui: le parc industriel Alta de Coteau-du-Lac, près de Salaberry-de-Valleyfield.

Mis à jour le 14 nov. 2016
André Dubuc LA PRESSE

Le parc Alta va de l'avant avec la phase 2 de son parc privé

Après une bataille juridique qui a duré huit ans, la société Alta Industriel a réussi à sortir de la zone agricole les terrains de la phase 2 de son parc privé, à Coteau-du-Lac, en Montérégie, à proximité de Salaberry-de-Valleyfield. En tout, ce sont 18 millions de pieds carrés de terrains qui deviendront disponibles incessamment. Aujourd'hui, le parc compte 38 millions de pieds carrés et plus de 1000 personnes y travaillent dans une quinzaine d'organisations, parmi lesquelles ArcelorMittal, C.A.T. Transport, CRI Environnement et Genco, exploitant du supercentre de distribution de Canadian Tire.

Un fleuron: le centre de distribution de Canadian Tire

Inauguré en 2009, le centre de distribution de Canadian Tire (CT) de 1,5 million de pieds carrés sert à alimenter les 375 magasins à l'est du Manitoba. Exploitée par Genco FedEx, la propriété comptant 204 portes de chargement vaut 250 millions. L'effectif est passé de 900 employés au départ à 1150, avec la vague d'embauche en octobre. Toute la logistique entourant le va-et-vient des remorques de CT est prise en charge par le Groupe Robert, qui fournit camions et chauffeurs. Le détaillant au triangle rouge a une option sur un terrain voisin en vue d'agrandir le centre de distribution : un projet de 300 millions et de 1000 emplois.

Une perle cachée: le chemin est tout indiqué pour Technostrobe

Le concepteur de systèmes de balisage lumineux pour les tours connaît une croissance de 400 % de ses revenus en 5 ans, ce qui donne le 21e rang au Québec du palmarès PROFIT 500 des entreprises connaissant la meilleure croissance. Créée en 2001, la PME de 25 employés a conçu un contrôle électronique des lumières au bas des tours, ce qui en facilite l'entretien. Sa technologie LIDS (Lighting Intensity Dimming Solution) ajuste l'intensité des balises lumineuses selon la visibilité. L'innovation contribue à l'acceptabilité sociale des parcs éoliens en diminuant la pollution lumineuse. Ses ventes annuelles se chiffrent entre 5 et 8 millions, 30 % à l'international.

Un enjeu: vivement un nouvel échangeur

« J'espère que [Paul] Normand [directeur, développement des affaires, d'Alta Industriel] vous a parlé du besoin d'un nouvel échangeur », a lancé Daniel Goyette, président de C.A.T. Transport, en répondant à la première question de La Presse. Le parc est actuellement accessible par la sortie 17 de l'A20, ce qui force les nombreux camions à tourner à gauche sur la route 201, puis à rouler un kilomètre pour tourner de nouveau à gauche sur la rue Dupont pour se rendre au parc industriel. Alta Industriel souhaite que soit achevé l'échangeur à la hauteur de la sortie 14. Cette solution aurait le double avantage d'offrir un accès direct au parc industriel tout en facilitant le navettage des travailleurs entre le parc et Salaberry-de-Valleyfield.

Un développement récent: C.A.T. a racheté l'ancienne Du Pont

L'entreprise de camionnage C.A.T. s'est portée acquéreur en juillet dernier de l'ancienne usine Du Pont, celle-là même qui a donné naissance au parc industriel Alta. Elle a payé 5,3 millions pour acquérir la bâtisse qui sert actuellement de chambre de vieillissement pour des barils d'alcool de Diageo Canada. « Nous étions déjà voisins du site, explique le président de C.A.T., Daniel Goyette, 61 ans. Ça va nous permettre de prendre de l'expansion à moyen ou long terme », dit-il. C.A.T. dispose de 350 camions, dont 100 roulant au gaz naturel, 450 employés et 12 terminaux. Le transporteur se spécialise dans les pièces automobiles et les marchandises sèches au Canada, aux États-Unis et au Mexique.

Avis de l'expert

Des services de première qualité

« Ce parc a la particularité d'être desservi par les services municipaux sur l'ensemble de son territoire depuis les années 70, même si la moitié du parc était, jusqu'en 2015, située en zone agricole. Les services sont de première qualité », explique Julien Turcotte, DG du centre local de développement de Vaudreuil-Soulanges.