Le Québec a beau avoir le plus fort taux de syndicalisation au Canada dans l'industrie de la construction, les salaires n'y sont pas forcément plus élevés.

Mis à jour le 18 juin 2013
Sylvain Larocque LA PRESSE

Pour un charpentier-menuisier syndiqué, le salaire horaire de base oscille entre 26,52$ à Saint-Jean, au Nouveau-Brunswick, et 40,04$ à Calgary, en Alberta. Au Québec, c'est 34,37$. Il faut ajouter à cela les congés et les avantages sociaux, qui représentent de 25 à 50% du taux horaire.

Ces salaires sont ceux des employés syndiqués. Contrairement à ce que l'on a tendance à croire, tous les travailleurs québécois de la construction ne sont pas syndiqués; ceux du secteur de la rénovation résidentielle et les employés de bureau ne le sont généralement pas. À 54%, le taux de syndicalisation dans l'industrie de la construction au Québec est tout de même plus élevé qu'en Ontario (29%) et dans l'ensemble du Canada (31%).

Maintenant, les travailleurs syndiqués gagnent-ils plus que les non syndiqués? Pas nécessairement. Selon Statistique Canada, le salaire horaire moyen de l'ensemble des salariés de la construction, syndiqués et non-syndiqués confondus, était environ 4% moins élevé au Québec que dans l'ensemble du Canada en mars dernier, ce qui est comparable à la situation observée dans les autres industries.

Pour ce qui est des conditions générales de travail, elles peuvent varier significativement d'une province à l'autre.