Québec veut se payer le sixième amphithéâtre de hockey le plus coûteux de la LNH, un amphithéâtre légèrement plus cher que le Centre Bell, selon les calculs de La Presse Affaires, qui a évalué le coût des amphithéâtres de la LNH construits depuis les années 90.

Vincent Brousseau-Pouliot LA PRESSE

> Tableau: Combien coûte un amphithéâtre dans la LNH

Selon l'étude de SNC-Lavalin réalisée pour la Ville de Québec en 2009, un amphithéâtre de 18 000 sièges à Québec aurait coûté 383 millions de dollars. La Ville de Québec prévoit toutefois un financement de 400 millions. Le Centre Bell a été construit au coût de 230 millions de dollars en 1996, soit 383 millions en dollars de 2010. La Ville de Québec connaîtra le coût exact de son projet d'amphithéâtre d'ici la fin de l'année.

L'aréna le plus cher de la Ligue nationale de hockey (LNH) est celui des Stars de Dallas, construit au coût de 420 millions US en 2001, soit 599 millions CAN en tenant compte du taux de change et de l'inflation. Les Stars partagent l'American Airlines Center avec les Mavericks de la National Basketball Association (NBA).

En chiffres absolus (sans tenir compte de l'inflation), l'amphithéâtre de Québec (383 millions) serait le quatrième aréna le plus cher de la LNH lors de sa construction, derrière l'American Airlines Center de Dallas (433 millions CAN), le Prudential Center à Dallas (386 millions CAN) et le projet d'un nouvel aréna de 450 millions CAN à Edmonton. Dans le cas du futur domicile des Oilers, il manque 100 millions de dollars afin de terminer le financement.

Suivez Vincent Brousseau-Pouliot sur Twitter

Si Québec fait un retour dans la LNH, l'équipe évoluerait à la fois dans le plus petit marché (derrière Winnipeg) et dans l'un des arénas le plus chers de la LNH.

Un écart qui agace André Richelieu, professeur de marketing sportif à l'Université Laval. «Quatre cents millions, c'est trop cher par rapport à la taille du marché de Québec et sans garantie d'avoir une équipe. On risque de se retrouver avec un éléphant blanc financé par le public. Il faut se payer un amphithéâtre en fonction de ses moyens», dit M. Richelieu, qui a réalisé plus tôt cette année une étude comparant le coût du futur amphithéâtre de Québec aux autres amphithéâtres sportifs en Amérique du Nord et en Europe.

L'autre édifice prêt à accueillir une équipe de la LNH, le Sprint Center de Kansas City, a coûté 276 millions US en 2007, une somme équivalente à 306 millions CAN aujourd'hui. «Nous voulions un aréna rentable», dit Shani Tate, directrice du marketing et des communications du Sprint Center.

Selon le Groupe Canam, qui a travaillé à la construction du MTS Centre à Winnipeg et qui espère faire de même à Québec, il est très difficile de comparer les coûts des différents arénas de la LNH, même en tenant compte de l'inflation. «Ces stades-là sont faits sur mesure, dit Marc Dutil, président et chef de l'exploitation du Groupe Canam. La comparaison est très difficile. On ne peut pas refaire (à Québec) ce qu'on a fait là-bas (à Winnipeg). Québec est un grand terrain, Winnipeg est situé au centre-ville. Quelqu'un assis sur du roc va aussi dépenser la fraction des coûts de fondation de quelqu'un assis sur du sable.»

----------------

Des rénos chères

Chers, construire un aréna de la LNH? L'entretenir aussi. Depuis l'ouverture du Air Canada Centre en 1999, les Maple Leafs y ont investi 125 millions de dollars en rénovations en 11 ans. Depuis 2004, les Canucks ont investi 45 millions pour rénover le Rogers Arena, inauguré en 1995. Le Canadien ne dévoile pas la somme investie au Centre Bell depuis son inauguration en 1996.