Source ID:8c0ea248-20cc-4245-b83e-a7af33319ca1; App Source:alfamedia

Québecor Média: une perte de rendement de presque 3 milliards pour la Caisse

Mardi dernier, Québecor a racheté le dernier bloc... (Photo Robert Skinner, Archives La Presse)

Agrandir

Mardi dernier, Québecor a racheté le dernier bloc d'actions de la Caisse dans Québecor Média (18,5 %).

Photo Robert Skinner, Archives La Presse

Environ 2,9 milliards de dollars. C'est ce que cela a coûté en perte de rendement à la Caisse de dépôt et placement du Québec pour avoir investi pendant 17 ans dans Québecor Média. Au final, le rendement moyen de 2 % par an obtenu par la Caisse dans Québecor Média est « décevant » sur le plan financier, estime le professeur en finance et ex-grand patron de la Caisse Richard Guay. Explications.

L'INVESTISSEMENT

En 2000, la Caisse et Québecor ont fait leur offre pour acheter Vidéotron, après que l'entreprise ontarienne Rogers a aussi déposé une offre à la famille Chagnon. Rogers offrait 36 $ par action, tandis que le tandem Québecor/Caisse de dépôt offrait 45 $ par action. Au terme de la transaction, la Caisse de dépôt détenait 45 % des actions de Québecor Média, les 55 % restants étant détenus par Québecor. Québecor a commencé à racheter des blocs d'actions à la Caisse en 2012. Mardi dernier, Québecor a racheté le dernier bloc d'actions de la Caisse dans Québecor Média (18,5 %).

LE RENDEMENT

Investissement initial de la Caisse en 2000

Environ 3,2 milliards

Dividendes versés à la Caisse pendant 17 ans

Environ 450 millions

+

Somme obtenue par la Caisse pour ses actions (de 2012 à 2017)

Environ 3,8 milliards

=

Somme totale obtenue par la Caisse

Environ 4,2 milliards

Profits sur la transaction

1,0 milliard

Rendement annuel moyen

2,05 %

DEUX COMPARATIFS

À la demande de La Presse, Richard Guay, professeur en finance à l'Université du Québec à Montréal (UQAM) et ancien président et chef de la direction de la Caisse, a calculé le rendement du placement de la Caisse dans Québecor Média, ainsi que deux rendements comparatifs durant la même période (2001 à 2017) afin d'évaluer la transaction : le rendement global de la Caisse elle-même et le rendement de l'indice de la Bourse de Toronto (indice TSX). En clair, quel rendement aurait-on obtenu si les 3,2 milliards investis dans Québecor Média l'avaient été dans le portefeuille global de la Caisse ou l'indice TSX ?

Caisse de dépôt

5,95 %

Rendement moyen global de la Caisse de dépôt entre 2001 et 2017

Un investissement de 3,2 milliards à la fin de 2000 aurait généré un profit de 3,9 milliards à la fin de 2017, contre 1 milliard pour l'investissement dans Québecor Média.

Indice TSX

6,38 % 

Un investissement de 3,2 milliards à la fin de 2000 aurait généré un profit de 4,8 milliards à la fin de 2017.

Notes : M. Guay n'a pas ajouté de rendement au portefeuille de la Caisse de dépôt et de l'indice TSX pour l'année 2000 (la transaction de Québecor Média a été annoncée en septembre 2000). Il ne leur a pas non plus attribué de rendement pour l'année 2018. Tous les chiffres utilisés par M. Guay proviennent des rapports annuels de la Caisse de dépôt.

ILS ONT DIT

« RENDEMENT DÉCEVANT »

« Sur le plan financier, ça a été un rendement décevant. Un rendement annuel moyen de 2 % sur 17 ans, compte tenu du risque de ce placement, c'est un rendement décevant. Le rendement global de la Caisse est de 6 % par an, l'indice TSX est légèrement plus élevé. Un écart de 4 % par an pendant 17 ans, c'est énorme comme valeur. Sur le plan financier, ça n'a pas été un placement suffisamment rentable pour le risque. »  - Richard Guay, professeur en finance à l'École des sciences de la gestion de l'UQAM

« UN MANQUE À GAGNER »

« D'un point de vue strictement financier, on ne peut pas dire que ça a été un bon placement, compte tenu des obligations de la Caisse pour ses déposants. Il y a eu un manque à gagner qui doit être comblé par d'autre chose. Pour financer les retraites de déposants de la Caisse, ça prend des rendements entre 6 % et 8 %. Pour l'autre mission de la Caisse, qui est le développement économique du Québec, ça a été positif dans le sens que l'entreprise est restée québécoise. Il ne faudrait pas qu'il y ait trop de cas comme celui-là, ce n'est pas quelque chose de soutenable. »  - Michel Magnan, professeur en comptabilité à l'Université Concordia et titulaire de la Chaire en gouvernance corporative Stephen A. Jarislowski. M. Magnan arrive aux mêmes chiffres de rendements que M. Guay.

« ÇA FAIT PARTIE DE LA MISSION DE LA CAISSE »

« C'est sûr que ce n'est pas le placement phénoménal, mais il faut regarder ce que ça concerne. Quand on crée 4000 emplois, je pense que ça fait aussi partie de la mission de la Caisse de dépôt, ce développement économique. L'inverse, ça aurait la fermeture du siège social et son déplacement vers Toronto. » - Pierre Karl Péladeau, président et chef de la direction de Québecor, en entrevue la semaine dernière avec TVA Nouvelles. Québecor n'a pas rappelé La Presse hier.

« UN RENDEMENT QUI RÉPOND AUX BESOINS DE NOS DÉPOSANTS »

« La participation significative [dans Québecor Média] que nous avons conservée depuis 2012 nous a permis de bénéficier de la valeur créée au sein de l'entreprise et de réaliser un rendement qui répond aux besoins de nos déposants. Nous sommes ouverts à explorer de nouvelles occasions d'investissement prometteuses avec Québecor, un partenaire de longue date. »  - Maxime Chagnon, porte-parole de la Caisse de dépôt et placement du Québec. Conformément à sa politique de ne pas divulguer le rendement d'un placement individuel, la Caisse de dépôt n'a pas précisé le rendement de son investissement dans Québecor Média.




Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer