La Chine pourrait s'engager à acheter jusqu'à 7 millions de tonnes de blé américain, selon la tournure des négociations commerciales en cours entre Pékin et Washington, rapportait mercredi l'agence Bloomberg, alors que le géant asiatique a déjà gonflé ses achats de soja américain.

Mis à jour le 23 janv. 2019
AGENCE FRANCE-PRESSE

La Chine pourrait d'abord acquérir « de petites quantités » de blé américain, avant d'augmenter ses achats « si les discussions se passent bien », souligne l'agence financière, se référant à plusieurs sources proches du dossier.

Destiné à grossir les réserves étatiques chinoises, le volume définitif des quantités de céréales que Pékin pourrait s'engager à importer « est sujet à changement et dépendra de l'évolution des pourparlers commerciaux », poursuit Bloomberg. Le pays pourrait importer « entre 3 et 7 millions de tonnes » de blé américain, d'après l'une des sources interrogées.

Il s'agirait, le cas échéant, d'un nouveau geste de conciliation de Pékin pour arriver à un compromis avec Washington, dans la guerre commerciale que se livrent les deux puissances économiques mondiales.

Blé et soja américains, entre autres produits agricoles, avaient été visés en 2018 par des taxes douanières punitives imposées par la Chine, faisant s'effondrer les exportations des États-Unis vers le géant asiatique.

Une trêve courant jusqu'au 1er mars doit actuellement permettre aux deux parties de trouver un accord, notamment pour réduire le colossal déficit commercial des États-Unis avec la Chine, qui fait enrager le président américain Donald Trump.

Une réunion décisive avec le puissant vice-premier ministre chinois Liu He est prévue à Washington les 30 et 31 janvier pour négocier avec Robert Lighthizer, le Représentant américain au commerce (USTR).

Dans le cadre de cette trêve, le géant asiatique a déjà gonflé fin 2018 ses achats de soja américain : Washington avait annoncé mi-décembre une vente élevée de 1,13 million de tonnes de soja à destination de la Chine. Le pays était le principal débouché des producteurs de soja américain, utilisé notamment pour nourrir ses élevages de porc.

Sur l'ensemble de l'année 2018, les importations totales de blé par la Chine ont reculé de quasiment 30 %, à 3,1 millions de tonnes, selon des chiffres des douanes chinoises disponibles mercredi.