La production industrielle au Japon a enregistré un recul surprise de 0,5% en août après avoir déjà diminué de 0,8% en juillet, ravivant les craintes d'une rechute en récession de la troisième économie mondiale.

Publié le 30 sept. 2015
AGENCE FRANCE-PRESSE

Cette statistique se situe bien en deçà des estimations des analystes interrogés par l'agence Bloomberg, qui avaient anticipé en moyenne une hausse de 1%.

Selon les chiffres préliminaires publiés mercredi par le ministère de l'Industrie (Meti), les livraisons des usines ont décliné de 0,5%, tandis que les stocks ont augmenté de 0,4%. Le Meti évoque désormais un «affaiblissement» de la production industrielle, alors qu'il jugeait auparavant qu'elle «évoluait irrégulièrement» depuis plusieurs mois.

Les entrepreneurs restent très prudents face à une consommation des ménages atone et des exportations moroses, sous l'effet notamment du ralentissement en Chine, partenaire commercial majeur du Japon.

Sur la période passée en revue, la production a souffert d'une moindre fabrication de machines industrielles, électriques et d'équipements de transports. En comparaison annuelle, elle a cependant augmenté de 0,2% par rapport à celle d'août 2014.

Sur la base d'un sondage mené auprès des industriels, une embellie est attendue en septembre (+0,1% sur un mois) et octobre (+4,4%). Mais «ces prévisions ont tendance à être trop optimistes», rappelle dans une note Marcel Thieliant, de Capital Economics.

Rebond ou pas, «il va être difficile d'éviter une nouvelle baisse de la production ce trimestre», estime-t-il, «ce qui laisse penser que l'économie japonaise s'est encore contractée» entre juillet et septembre.

Le cas échéant, ce serait la deuxième récession - deux trimestres consécutifs de recul du PIB - depuis le retour au pouvoir fin 2012 du premier ministre conservateur Shinzo Abe, dont la stratégie dite «Abenomics» n'a pas réussi pour l'heure à revigorer la croissance.

Le Produit intérieur brut (PIB) s'est replié de 0,3% entre avril et juin par rapport au début d'année, et la période estivale n'a guère apporté de nouvelles positives.

Si Shinzo Abe assure que le Japon est sur le point de vaincre la déflation, les données ne sont pas aussi claires: les prix à la consommation ont ainsi diminué en août pour la première fois en plus de deux ans, compliquant la tâche de la Banque du Japon qui espère atteindre une inflation de 2% courant 2016. Par ailleurs, les exportations ont fléchi en volume le mois dernier.

L'enquête Tankan de la BoJ sur la confiance des entreprises, publiée jeudi, permettra d'en savoir plus sur le climat des affaires, avant la divulgation vendredi de la consommation des ménages et du taux de chômage pour le mois d'août.

Tout signe négatif venu du Tankan sera de nature à accroître la pression sur la BoJ, appelée à donner un coup de pouce à l'économie, a commenté pour l'agence Bloomberg Masaki Kuwahara, de Nomura Securities. Certains observateurs parient sur un nouvel assouplissement monétaire lors de la réunion de la banque centrale le 30 octobre, date à laquelle elle doit actualiser ses prévisions de croissance et d'inflation.