Le ralentissement soutenu de l'économie chinoise s'ajoute aux inquiétudes quant aux éléments qui pourraient nuire à la fragile reprise économique au Canada.

LA PRESSE CANADIENNE

La Chine a indiqué mardi que son économie avait continué à décélérer et affiché une croissance de 9,1 % pour le troisième trimestre, sa pire performance en deux ans.

Il ne s'agit pas d'une nouvelle désastreuse en tant que tel, mais des analystes notent que la tendance négative de la deuxième plus grande économie au monde pourrait être une source d'inquiétude pour le Canada.

Non seulement la Chine est le deuxième plus important partenaire commercial du Canada, elle est aussi un vecteur clé de la demande mondiale et des prix du pétrole et des métaux, que le Canada exporte en abondance.

Selon l'économiste Peter Buchanan, de la Banque CIBC, une diminution de la demande en Chine réduira nécessairement la demande pour les matières premières canadiennes, en plus d'abaisser les prix que les exportateurs peuvent exiger en échange de ces ressources.