Des entreprises établies à proximité du mégaprojet Royalmount affirment que la congestion routière et la difficulté d'accès à leurs bureaux nuisent déjà au recrutement et à la rétention de leur personnel. Un problème qui s'aggravera si le complexe touristique et commercial prend forme, redoutent-elles.

Mis à jour le 29 janv. 2019
MARIE-EVE FOURNIER LA PRESSE

« J'ai tout le temps des plaintes d'employés. [...] Ça prend une heure traverser le matin et une heure le soir. C'est la catastrophe ! Imaginez avec le Royalmount ! » lance Linda Centomo, directrice de l'administration et des ressources humaines chez Conseillers BCA, une entreprise spécialisée en génie des structures établie sur le chemin Darnley.

Ses inquiétudes sont partagées par Ultra Electronics TCS, qui connaît une forte croissance. Depuis un an, la PME a créé « 35 emplois de haute qualité ». Elle compte actuellement 101 employés. Or, les « problèmes d'accès » au « secteur 3 D » - entre la voie ferrée à l'est et Côte-de-Liesse à l'ouest - compliquent le recrutement.

« Nous estimons que certains candidats ne se sont pas présentés aux entrevues ou ont finalement décliné des offres d'emploi généreuses et des défis stimulants », souligne l'entreprise dans son mémoire au sujet des impacts du projet Royalmount soumis à la Commission sur le développement économique et urbain et l'habitation de la Ville de Montréal.

Nous n'avons pas pu parler, hier, à l'auteur du document pour savoir si les postes en question ont été pourvus.

Emplois refusés, déménagement envisagé

Le mémoire d'Ultra Electronics TCS permet aussi d'apprendre qu'un groupe d'entreprises du coin a rencontré l'automne dernier des représentants de la Ville de Mont-Royal, de l'arrondissement de Saint-Laurent et de la Société de transport de Montréal (STM). À l'ordre du jour : les « problèmes sérieux d'accès au secteur et les conséquences graves qui pourraient éventuellement en découler », soit « la difficulté croissante à embaucher de nouveaux employés ».

Parmi ces entreprises se trouvait notamment Enviroair, qui vend des systèmes de chauffage et de climatisation. « On a eu des personnes qui ont refusé des emplois ou qui ont quitté quand ils ont eu une offre ailleurs et [la circulation] était un critère. C'est un problème qui a été mentionné », a dit à La Presse une employée qui n'était pas autorisée à parler aux médias.

Dans son propre mémoire, le plus grand employeur pharmaceutique du Québec, Pharmascience (sur l'avenue Royalmount, à Mont-Royal), dit que le projet suscite « de nombreuses préoccupations pour le personnel et la direction ».

« Tout alourdissement substantiel de la circulation est susceptible de pousser nos employés à envisager de quitter Pharmascience. Déjà, plusieurs nous ont dit être en réflexion à cet effet. » Il n'a pas été possible d'en savoir plus, l'entreprise ayant préféré ne pas faire de commentaires additionnels, hier.

La société pharmaceutique dit par ailleurs avoir besoin de « réponses claires, concrètes et réalistes » à ses interrogations.

« Il en va du maintien du bon fonctionnement de notre entreprise et de ses 1100 emplois. » - Conclusion du mémoire de Pharmascience

Ultra Electronics TCS va encore plus loin. « Une dégradation même modérée [de l'accès au secteur] nous obligera à prendre nos responsabilités d'affaires et à reconsidérer sérieusement notre choix de rester à Ville Mont-Royal. »

Rien de nouveau

La situation ne date pas d'hier, selon la directrice générale de la Chambre de commerce et d'industrie Saint-Laurent-Mont-Royal, Sylvie Séguin. « Il y a quatre ans, lors de la création de notre plan stratégique, beaucoup d'entreprises dans le secteur avaient de la misère à trouver et garder les employés à cause des embouteillages et du trafic. »

À son avis, le problème « n'a sûrement pas diminué » avec la pénurie de main-d'oeuvre qui s'est accentuée au Québec et les travaux.

La Chambre de commerce appuie néanmoins le projet Royalmount depuis le début. Dans son « opinion » officielle rendue publique plus tôt ce mois-ci, elle reconnaît « l'importance d'établir des portes d'accès fluides ». Et se dit extrêmement déçue que le prolongement du boulevard Cavendish « réclamé depuis 50 ans » ne soit pas « considéré comme un élément de solution » pour désengorger le secteur.