L'activité de construction résidentielle s'est intensifiée en août au Canada, alimentée par une hausse de 19,5% dans le segment des logements collectifs, principalement en Ontario, selon les données publiées mercredi par la Société canadienne d'hypothèques et de logement (SCHL).

Publié le 9 sept. 2015
LA PRESSE CANADIENNE

Le nombre annualisé d'unités dont la construction a commencée en août a donc atteint 216 924 au pays en août, incluant 142 927 projets de logements collectifs urbains.

En comparaison, le nombre national de mises en chantier se chiffrait à 193 253 unités en juillet, dont 119 478 logements collectifs urbains.

Le nombre désaisonnalisé et annualisé de mises en chantier de maisons individuelles en milieu urbain s'est accru de 1,4% en août pour atteindre 58 385.

Le rythme de construction résidentielle urbaine a commencé à diminuer dans la plupart des régions canadiennes, à l'exception de l'Ontario, a souligné la SCHL.

Le constat est le même pour les grandes villes, à l'exception de Toronto.

«La tendance des mises en chantier d'habitations est à la hausse, car elle est soutenue par une forte activité dans la catégorie des logements en copropriété à Toronto», a précisé l'économiste en chef de la SCHL, Bob Dugan, dans un communiqué.

«Bien qu'elles aient augmenté à l'échelle du pays, les mises en chantier d'habitations ont commencé à ralentir en Alberta et en Saskatchewan, en raison de l'affaiblissement de la conjoncture économique imputable à la baisse des cours du pétrole», a noté M. Dugan.

À Calgary, le nombre de mises en chantier de tous les types d'habitations était plus élevé en août qu'en juillet, mais il restait inférieur à celui du même mois en 2014 - soit avant l'écroulement des prix du pétrole. À Edmonton, l'activité de construction d'habitations était inférieure à celle du mois de juillet et du mois d'août 2014.

Dans les centres urbains de la Colombie-Britannique, les mises en chantier en données désaisonnalisées et annualisées ont reculé à 26 349 unités en août, par rapport à 36 510 unités en juillet. À Vancouver, le même chiffre est passé à 16 728 unités en août, contre 27 317 unités en juillet.

À Montréal, le nombre mensuel désaisonnalisé et annualisé de mises en chantier était de 13 582 unités en août, une baisse par rapport aux 25 670 enregistrées en juillet.

À St. John's, Terre-Neuve-et-Labrador, les mises en chantier ont reculé à 969 unités en août, comparativement à 1177 en juillet. À Halifax, le nombre de mises en chantier est passé de 4698 en juillet à 2229 unités en août.

Dans l'ensemble des centres urbains des provinces atlantiques, le nombre de mises en chantier a reculé à 6088 unités en août, alors qu'il était de 8860 unités le mois précédent.

Selon la SCHL, la variation significative du rythme annualisé est attribuable au segment des logements collectifs, où l'on observe souvent des mouvements notables d'un mois à l'autre. Pour cette raison, elle considère que la tendance sur six mois est un meilleur indicateur.

Cette tendance correspond à la moyenne mobile de six mois du nombre mensuel désaisonnalisé et annualisé de mises en chantier d'habitations. Elle se chiffrait à 196 565 en août, comparativement à 185 642 en juillet.

Dans un rapport distinct, Statistique Canada a fait état mercredi d'une hausse de 8,7% à 5,0 milliards $ de la valeur des permis de bâtir du secteur résidentiel délivrés en juillet, ce qui fait suite à une progression de 16,7% en juin.

Des augmentations ont été observées dans quatre provinces, l'Ontario et la Colombie-Britannique en tête, alors que le Québec a enregistré la baisse la plus marquée en juillet, après avoir affiché une hausse de 39,9% en juin.

Les municipalités canadiennes ont approuvé en juillet la construction de 19 555 nouveaux logements - principalement des logements multifamiliaux -, ce qui représente une hausse de 10,6% par rapport à juin.