Source ID:5157960; App Source:WCM

Grande entrevue

Philippe Morin, PDG d'EXFO - Bien en selle pour l'arrivée du 5G

Philippe Morin, PDG d'Exfo, dans les locaux de... (Photo Ivanoh Demers, La Presse)

Agrandir

Philippe Morin, PDG d'Exfo, dans les locaux de la compagnie au Technoparc Montréal, à St-Laurent. EXFO conçoit des systèmes de test, de surveillance et d'analyse de réseaux. Ses produits sont utilisés dans le monde entier.

Photo Ivanoh Demers, La Presse

(QUÉBEC) Bien qu'elle ait réalisé plus d'une vingtaine d'acquisitions depuis sa création en 1985, la société EXFO de Québec vient de finaliser sa première offre publique d'achat (OPA) en mettant la main sur la société française Astellia. « On vient surtout de renforcer notre présence dans le sans-fil en vue de l'arrivée prochaine du 5G », souligne Philippe Morin, PDG du leader mondial des solutions de test et d'analyse de réseaux en fibre optique.

EXFO a lancé une OPA en août dernier sur Astellia, une société spécialisée dans les solutions d'analyse et de performance des réseaux mobiles et de l'expérience des abonnés.

La transaction a été finalisée il y a deux semaines lorsqu'EXFO est devenue officiellement propriétaire de l'entreprise française de 400 employés, établie à Rennes et qui compte 120 clients à travers le monde.

« Il s'agit de notre quatrième acquisition en 15 mois, mais de la première OPA de notre histoire. »

- Philippe Morin

« Le processus a été plus compliqué, mais au final, on a payé 26 millions d'euros [42 millions CAN] pour une entreprise dont les produits sont complémentaires aux nôtres dans le domaine du sans-fil, et on va pouvoir les proposer dans nos marchés », explique Philippe Morin, qui est PDG d'EXFO depuis bientôt un an.

EXFO est le leader mondial des tests et de l'analyse de réseaux de fibre optique. Tous les grands opérateurs du monde des télécommunications (AT&T, Verizon, Bell, Orange...) utilisent les instruments de tests et les logiciels d'EXFO pour gérer et surveiller leurs réseaux de fibre optique.

EXFO est aussi présente dans le sans-fil, où elle fait notamment beaucoup d'analyses de données (« big data ») pour ces mêmes clients et les grands utilisateurs de l'infonuagique, comme Google et Facebook.

« Auparavant, on réalisait 65 % de nos revenus avec nos solutions de tests de fibre optique et 35 % avec nos activités de protocole. Aujourd'hui, c'est 50-50. Si la fibre optique va continuer sa croissance dans plusieurs marchés du monde, il fallait améliorer notre présence dans le sans-fil, qui va connaître une nouvelle forte croissance », souligne Philippe Morin.

L'EXPLOSION DU SANS-FIL

Lors de notre rencontre, Philippe Morin débarquait tout juste de Barcelone, en Espagne, où il a participé au Congrès mondial de la téléphonie mobile, durant lequel il n'a été question que de l'arrivée prochaine du 5G.

« Il faut comprendre que c'est une autre révolution que l'industrie va connaître à partir de 2020. Avec l'arrivée de l'internet, durant les années 90, on a connu le 2G, puis avec l'ajout des données et des courriels, on a connu l'avènement du 3G. »

- Philippe Morin

« Avec l'élargissement de la bande passante pour pouvoir intégrer le partage des vidéos, on est passés au 4G. L'arrivée prochaine de l'internet des objets et des voitures branchées a forcé l'apparition du 5G, qui va être un réseau 100 fois plus rapide pour répondre à l'augmentation du trafic », expose Philippe Morin.

Or, l'acquisition d'Astellia va permettre à EXFO de mieux répondre aux besoins des opérateurs du sans-fil qui vont devoir procéder à la modernisation de leurs réseaux.

Au cours des 15 derniers mois, EXFO a acquis deux autres entreprises du sans-fil, soit une firme californienne spécialisée dans les tests de radiofréquence et une britannique impliquée dans la visualisation en temps réel de réseaux à partir de données graphiques.

« EXFO compte aujourd'hui 2000 employés dans 30 pays et on va réaliser plus de 300 millions US de revenus annuels », précise le PDG.

LES ANNÉES FOLLES DE NORTEL

Philippe Morin a été recruté par Germain Lemonde, fondateur et président exécutif du conseil d'EXFO, en mars 2015 pour devenir chef des opérations et, depuis avril 2017, chef de la direction de l'entreprise dont le siège social est à Québec, mais qui dispose d'un centre d'excellence dans le Technoparc Montréal, dans l'arrondissement de Saint-Laurent.

Philippe Morin n'a eu en fait qu'à traverser la rue Alfred-Nobel pour passer de Ciena (anciennement le siège social de Nortel) pour rejoindre les bureaux d'EXFO.

Diplômé en génie électrique de l'Université Laval en 1988, Philippe Morin a été recruté la même année par l'équipementier Nortel à titre d'ingénieur de tests.

Rapidement, il est passé au marketing, où il deviendra directeur de gamme de produits. Après avoir obtenu un MBA à McGill, Philippe Morin a été nommé à Londres, où il a travaillé de 1997 à 2001, durant les années de croissance débridée de Nortel.

« Je suis revenu à Montréal durant la crise de 2001 et j'ai pris la direction de la division optique de Nortel jusqu'à ce que Ciena rachète les activités durant la restructuration de 2010.

« Je suis resté durant cinq ans chez Ciena comme vice-président principal, ventes et opérations, alors que nos revenus sont passés de 1,6 milliard à 2,5 milliards », explique Philippe Morin.

« J'ai accepté l'offre de Germain parce qu'EXFO est une entreprise qui bouge, qui a une belle culture et qui compte sur une équipe qui est forte.

« Dans cinq ans, on va être encore le leader dans la fibre optique, mais on va aussi être un joueur beaucoup plus large. On va être dans toutes les technologies, mais notre rôle sera toujours d'assurer le meilleur fonctionnement et la plus grande fluidité possible des réseaux où, de plus en plus, la détection et la correction des problèmes seront automatisées », anticipe le PDG.




Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer