Le premier constructeur mondial d'engins de chantier, l'américain Caterpillar (CAT), a annoncé lundi un résultat mitigé pour le troisième trimestre et a abaissé ses prévisions annuelles, citant la faiblesse de l'économie, particulièrement en Europe.

Mis à jour le 22 oct. 2012
AGENCE FRANCE-PRESSE

Le bénéfice net part du groupe ressort à 1,7 milliard de dollars, en hausse de 49% sur un an. Cela représente 2,54 dollars par action, alors que les analystes tablaient sur 2,23 dollars.

Le chiffre d'affaires a progressé de 5% à 16,4 milliards de dollars, alors que les analystes en attendaient 16,8 milliards.

Le PDG Doug Oberhelman s'est félicité d'un trimestre «record», mais a admis que le groupe continuait à subir «les freins économiques et géopolitiques auxquels le monde fait face».

«Malgré les turbulences de l'économie mondiale, nous continuons à poursuivre nos objectifs et à contrôler nos coûts, à améliorer nos marges et la qualité des produits», a-t-il ajouté.

Les ventes du groupe, considéré comme un baromètre de l'industrie, ont été tirées entre juillet et septembre par l'amélioration de l'économie américaine et la région Asie Pacifique, où la vigueur de l'Australie et d'autres pays a plus que compensé le ralentissement en Chine.

Les ventes au Moyen-Orient et en Afrique ont progressé, celles d'Amérique latine ont été inchangées sur un an et le chiffre d'affaires en Europe a baissé.

Côté secteurs d'activité, la division de mines a affiché des ventes en hausse de 13% tirées par des augmentations de prix, contre 5% pour la division de systèmes de production énergétique, et les ventes de la division de construction en hausse de 3%.

Le groupe a toutefois abaissé ses prévisions de bénéfice et ventes pour 2012, citant la morosité de l'économie et des stocks excessifs.

«Au fur et à mesure de l'année, nous avons vu la faiblesse et de l'incertitude de l'économie persister. Cela se ressent sur nos activités avec nos revendeurs qui essaient de faire baisser leurs stocks et nos clients miniers qui repoussent certains projets et réduisent leurs commandes», a noté M. Oberhelman.

Caterpillar attend désormais un chiffre d'affaires de 66 milliards de dollars contre 68 à 70 milliards de dollars auparavant, et un bénéfice par action de 9 à 9,25 dollars contre 9,6 dollars.

Comme le soulignent les analystes de Bank of America/ Merrill Lynch dans une note, ces abaissements de prévisions présagent «d'un très faible quatrième trimestre».

Le groupe avance également des perspectives moroses pour l'an prochain, prévoyant «des progrès modestes aux États-Unis, en Chine et dans les pays en développement, mais des difficultés persistantes en Europe».

Il table sur un bénéfice et des ventes inchangées en 2013 comparé à 2012, «plus ou moins 5%».

«Nous n'attendons pas une croissance rapide (l'an prochain) et nous n'attendons pas de récession mondiale» non plus, a poursuivi le patron du groupe, qui table sur un premier semestre «un peu moins bon» et un deuxième semestre «un peu meilleur».

L'action reculait de 1,17% à 82,88 dollars vers 8h45 lors des échanges électroniques précédant l'ouverture de la séance officielle.

La banque Jefferies a jugé que la performance sous-jacente et les perspectives de Caterpillar étaient «décevantes», estimant que «ce trimestre porte toutes les marques d'un ralentissement rapide des marchés» du groupe, à savoir les mines, l'énergie et la construction.