Carey Price a un nouveau commanditaire qui lui ressemble drôlement.

Vincent Brousseau-Pouliot LA PRESSE

> Suivez Vincent Brousseau-Pouliot sur Twitter

Comme le gardien du Tricolore, Under Armour est une jeune entreprise pleine de promesses qui vient de connaître la meilleure année de sa carrière. Le titre du fabricant de vêtements et d'équipement sportif s'est apprécié de 69,7% en Bourse depuis un an.

Et ce n'est que le début, pensent plusieurs analystes boursiers. «C'est l'un des titres boursiers dont la croissance est la plus intéressante», dit John Staszak, analyste boursier à la firme Argus Research, à New York. «L'avenir d'Under Armour est prometteur», dit son collègue Camilo Lyon chez Canaccord Genuity, à New York. Les deux analystes boursiers recommandent d'acheter le titre d'Under Armour.

Under Armour a été fondée en 1995 par Kevin Plank, un ancien joueur de football de l'Université du Maryland qui devait changer ses gilets durant un match à cause de la sueur. «C'est une marque basée sur l'innovation qui veut surtout rejoindre les athlètes de 16 à 24 ans, dit l'analyste boursier Camilo Lyon. Tout ce qui lui manque, c'est de rejoindre davantage de consommateurs. L'entreprise a toujours reconnu l'avantage de s'associer avec des athlètes connus, mais elle a maintenant les ressources financières pour en engager davantage.»

Carey Price est le premier gardien de but et le huitième joueur de la LNH à se joindre à l'écurie Under Armour, qui comprend notamment Rick Nash, Brad Richards et Henrik Zetterberg. L'entreprise de Baltimore compte aussi dans ses rangs le nageur Michael Phelps, le champion de UFC Georges St-Pierre et le footballeur américain Ray Lewis. En novembre dernier, Under Armour a repêché son sportif le plus important: le quart-arrière Tom Brady, trois fois champion du Super Bowl. Under Armour lui a même consenti des parts dans l'entreprise, un phénomène rarissime pour un contrat de commandite.

En 2010, Under Armour a vu ses revenus croître de 24% pour dépasser le seuil du milliard (1,063 milliard US), tandis que ses profits, en hausse de 31%, ont atteint 112 millions US. À titre de comparaison, Nike génère des revenus de 20,9 milliards US et des profits de 2,8 milliards US par année.

Sur les 26 analystes répertoriés par l'agence Bloomberg qui suivent le titre d'Under Armour, 9 recommandent de l'acheter, 16 de le conserver et un seul de le vendre. Hier, le titre d'Under Armour s'est apprécié de 4,89% pour clôturer la séance à 76,22$. Carey Price rencontrera les médias aujourd'hui après l'entraînement du Canadien afin de vanter les mérites de son nouveau commanditaire.