Le président de la Réserve fédérale américaine Jerome Powell a indiqué mercredi que la Fed annoncerait « bientôt » les détails de son plan de réduction du bilan, très attendus par les marchés.

Mis à jour le 27 févr. 2019
AGENCE FRANCE-PRESSE

La Fed a déjà diminué sa détention de bons du Trésor et d'obligations appuyées sur des crédits hypothécaires - acquis après la crise pour soutenir la reprise -, à près de 4000 milliards de dollars au lieu de 4500 milliards en 2017. Mais ces désinvestissements et le manque de visibilité sur la taille recherchée du bilan de la Banque centrale ont rendu les marchés nerveux.  

Alors que jusqu'ici, M. Powell estimait que la réduction du bilan était « en pilotage automatique », les marchés ont craint qu'en investissant moins dans des obligations d'État, la Fed ait un effet indirect sur les taux à la hausse.

Les marchés financiers « sont devenus plus sensibles » à la question du dégonflement du bilan, a reconnu M. Powell devant une commission de la Chambre des représentants mercredi.

« Nous ne savons pas exactement l'équilibre que nous voulons atteindre. Je crois qu'on va l'annoncer bientôt », a-t-il encore affirmé.

Mais il a précisé que l'ampleur de ces actifs pourrait se situer au final entre « 16 % et 17 % du Produit intérieur brut ». À ce niveau, cela signifie que le bilan pourrait donc être compris entre 3200 milliards et 3400 milliards de dollars.

Actuellement, à près de 4000 milliards, il représente 25 % du PIB, a indiqué M. Powell.

Il a expliqué que, par rapport au niveau de réserves conservé par la Banque centrale avant la crise de 2008 (environ 900 milliards de dollars d'actifs), celle-ci avait désormais besoin de préserver un bilan plus volumineux en contrepartie de la monnaie en circulation et de l'augmentation des réserves obligatoires des banques.

M. Powell a redit que cette réduction du bilan, qui se fait actuellement en cessant d'investir dans des obligations d'État par tranche mensuelle de 50 milliards de dollars, devrait se terminer « dans l'année ».