L'entreprise qui offrait autrefois de vous vendre huit disques compacts pour un sou s'est placée sous la protection du chapitre 11 de la loi sur la faillite américaine après près de 20 ans de ventes en déclin.

Publié le 10 août 2015
Marley Jay ASSOCIATED PRESS

La société-mère de la Maison Columbia (club musique et DVD) a dit lundi qu'elle planifie se départir de son secteur de films et de séries télé vendus aux consommateurs par le biais d'une vente aux enchères dans le cadre de la faillite.

Les raisons derrière la faillite représentent un peu l'histoire des changements qui ont eu lieu dans l'industrie du divertissement et de la vente au détail au cours des deux dernières décennies.

Vers la fin des années 1990, le club de musique de la Maison Columbia a été affaibli par Napster, le premier site majeur qui permettait le partage de musique. Puis se sont ajoutés les boutiques de musique iPod et iTunes d'Apple, qui permet aux consommateurs de l'acheter et de la télécharger presqu'instantanément, tout en la rendant plus portable que jamais.

Au même moment, des marchés en ligne comme Amazon.com et eBay ont pris de l'essor et Netflix a offert des locations de DVD illimitées par la poste. Universal Music, probablement la plus importante compagnie de musique, a aussi décidé de ne pas renouveler une entente de licence conclue avec la Maison Columbia.

En quelques années, Apple, Amazon et Netflix ont aussi développé des options de visionnement en ligne qui ont rendu les contenants médias complètement inutiles. Citant des études de marché, la société-mère de la Maison Columbia a déclaré que le marché des DVD avait fondu presque de moitié depuis 2006.

Cette entreprise, Filmed Entertainment, a dit que ses revenus ont atteint 1,4 milliard $ en 1996 et chuté à chaque année depuis. En 2014, son revenu total était de 17 millions $, à peine un pour cent de son sommet.

Le club de musique de la Maison Columbia a pris fin en 2010. La Maison a été fondée en 1955 et vendait à l'origine des disques en vinyle. Au cours des années, elle a eu des offres telles que huit CD pour un cent ou 13 disques ou cassettes pour un dollar.

La Maison Columbia n'a pas d'employés, puisque ses propriétaires ont fait affaires avec des sous-contractants il y a plusieurs années pour réduire les coûts. Elle possède des biens pour 2 millions $ et des dettes de 63 millions $.