Les cours du pétrole remontaient vendredi en cours d'échanges européens,  profitant de l'optimisme des marchés sur une possible résolution du conflit commercial entre la Chine et les États-Unis après des informations de presse.

Mis à jour le 18 janv. 2019
AGENCE FRANCE-PRESSE

Vers 10h, le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en mars valait 61,72 $ sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en hausse de 54 cents par rapport à la clôture de jeudi.

Sur le New York Mercantile Exchange (NYMEX), le baril de light sweet crude (WTI) pour le contrat de février prenait 41 cents à 52,48 $ une heure après son ouverture.

Sur la semaine, les cours de l'or noir s'inscrivaient en hausse pour la troisième semaine consécutive.

« Les prix commencent l'année avec vigueur alors que les tensions commerciales s'apaisent, ce qui a dopé l'enthousiasme du marché », ont commenté les analystes de ANZ.

Dernière information en date, l'administration de Donald Trump étudie la possibilité de supprimer tout ou partie des tarifs douaniers imposés à la Chine, pour inciter Pékin à faire plus de concessions dans les négociations commerciales en cours entre les deux pays, affirme le Wall Street Journal.

Le marché du pétrole a également pris connaissance vendredi du rapport mensuel de l'Agence d'information sur l'Énergie (AIE), au lendemain du rapport de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP).

L'AIE estime que l'offre de pétrole a reculé de 950 000 barils par jour en décembre, notamment en raison des baisses de production de l'OPEP, mais souligne que le rééquilibrage du marché va prendre du temps.

« L'Arabie saoudite a pris les devants sur les baisses en décembre, l'accord ne commence qu'en janvier », a rappelé Lukman Otunuga, analyste chez FXTM, qui juge donc que les efforts de l'OPEP et de ses partenaires vont commencer à avoir un effet sur le marché, « malgré une production record des États-Unis ».