Le producteur d'aluminium et de bauxite américain Alcoa a renoué avec les bénéfices au dernier trimestre 2018, profitant d'une hausse des prix, et s'est montré plutôt optimiste pour 2019, tout en anticipant une demande moins forte.

Mis à jour le 16 janv. 2019
AGENCE FRANCE-PRESSE

Sur les trois derniers mois de l'année, Alcoa a dégagé un bénéfice net de 43 millions de dollars, contre une perte de 196 millions à la même période de 2017, quand le groupe avait dû intégrer dans ses comptes des charges de restructurations.

Le bénéfice ajusté par action est de 0,66 dollar, bien inférieur à celui de l'an passé (1,04 dollar), mais supérieur aux attentes des analystes, qui tablaient sur 0,62 dollar.

Il a en outre enregistré un chiffre d'affaires de 3,34 milliards de dollars, en ligne avec les attentes des analystes (3,35 milliards).

Sur l'ensemble de l'année, le bénéfice net s'inscrit en progression de 4,6 %, à 227 millions, et le bénéfice net par action ajusté s'élève à 3,58 dollars, inférieur aux attentes (3,63 dollars). Le chiffre d'affaires a, lui, bondi de 15 %, « majoritairement en raison de prix plus élevés pour les produits en aluminium ».

Le groupe de Pittsburgh s'est félicité de ses résultats. « Nous avons renforcé Alcoa », a commenté le PDG, Roy Harvey, cité dans un communiqué, relevant le succès de la nouvelle stratégie du groupe.

« Nous sommes désormais mieux positionnés pour traverser les cycles du marché », a-t-il ajouté.

Alcoa ne représente plus désormais que les seules activités dans l'aluminium et la bauxite. Il est maintenant séparé en deux entités : l'une a gardé le nom Alcoa et les activités d'aluminium brut, et l'autre, les métaux composites, les composants de spécialité pour les industries aéronautique et automobile, sous le nom Arconic.

« Avec l'aide d'une hausse des prix du marché [de la bauxite et de l'aluminium] plus tôt cette année, nous avons accru nos bénéfices annuels », a encore souligné M. Harvey.

Se tournant vers l'avenir, le dirigeant estime que le marché devrait rester « dynamique » en 2019. Il a enfin souligné que le groupe s'efforcerait d'améliorer encore le fonctionnement de ses opérations et « de saisir plus d'occasions [de croissance] au cours de l'année à venir ».

Pour l'heure, le groupe est confronté notamment à la poursuite de la guerre commerciale entre la Chine et les États-Unis, qui affecte la demande d'aluminium. Alcoa a encore abaissé son estimation de croissance mondiale, comprise entre 3 et 4 %, contre 3,75 et 4,75 % estimée en octobre.

Pékin et Washington ont engagé des discussions en vue de résoudre leur différend commercial. Des négociations pourraient se tenir fin janvier à Washington.  

Dans les échanges après clôture du marché, le titre Alcoa était en légère hausse de 0,41 %, à 29,10 dollars.