Le chef conservateur Andrew Scheer a un plan pour que le projet d'expansion de l'oléoduc Trans Mountain aille de l'avant quoi qu'il arrive. Et son plan passe par un appel à la Cour suprême du Canada et par l'adoption d'une loi.

LA PRESSE CANADIENNE

M. Scheer a détaillé son plan au cours d'une conférence de presse lundi après-midi. Il a également profité de l'occasion pour critiquer la lenteur du gouvernement dans ce dossier.

Le mois dernier, la Cour d'appel fédérale a stoppé le projet, reprochant au gouvernement de ne pas en avoir évalué l'impact sur les épaulards de la côte ouest et de ne pas avoir tenu des consultations appropriées auprès des Premières Nations.

Vendredi, les ministres responsables ont annoncé que l'Office national de l'énergie (ONÉ) a 22 semaines pour évaluer à nouveau l'impact sur la vie marine. Ils ont promis une annonce bientôt pour ce qui est des consultations des communautés autochtones.

Ce n'est pas suffisant, d'après M. Scheer. Le chef conservateur veut que le gouvernement porte le jugement en appel. Il réclame une loi fédérale qui établirait que l'évaluation faite par le ministère des Transports sur le trafic marin suffit. Il veut également qu'Ottawa nomme un représentant ministériel spécial pour terminer au plus tôt les consultations avec les Premières Nations.

Le chef conservateur a conclu sa conférence de presse en déclarant que les gens protestent contre toute sorte de choses et que ce n'est pas une raison pour annuler un projet.