Les profits d'Hydro-Québec ont fait un bond de plus de 70% au deuxième trimestre de 2018, en raison du gain enregistré sur la vente de TM4, sa filiale de motorisation électrique.

Hélène Baril LA PRESSE

Le bénéfice net pour les mois d'avril, mai et juin s'est élevé à 623 millions, soit 264 millions de plus que pour la même période de 2017. Sans le gain de 277 millions provenant de la vente de 55% des actions de TM4, le profit aurait été inférieur au trimestre correspondant de l'an dernier.

Hydro-Québec a cédé le contrôle de TM4 à la multinationale américaine Dana dans le but de percer les marchés internationaux de la mobilité électrique. Les ventes d'électricité ont rapporté 3,3 milliards au deuxième trimestre, dont 2,5 milliards venant du Québec et 385 millions des marchés hors Québec. La société d'État a exporté 8,9 térawattheures (ou milliards de kilowattheures), ce qui est un nouveau sommet pour un deuxième trimestre.

À mi-parcours de l'exercice 2018, le bénéfice net d'Hydro-Québec atteint 2,2 milliards, soit 365 millions que les 1,9 milliard constatés pour le premier semestre de 2017. Il s'agit d'une augmentation de 19%.

La société d'État a demandé à la Régie de l'énergie d'approuver une hausse de 0,8% de ses tarifs à compter du 1er avril 2019.