Les cours du pétrole reculaient pour la troisième séance consécutive vendredi en cours d'échanges européens alors que les marchés délaissaient les actifs à risque dans la crainte d'une escalade du conflit commercial sino-américain.

Publié le 7 sept. 2018
AGENCE FRANCE-PRESSE

Vers 10h, le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en novembre valait 76,20 $ sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en baisse de 30 cents par rapport à la clôture de jeudi.

Sur le New York Mercantile Exchange (NYMEX), le baril de light sweet crude (WTI) pour le contrat d'octobre cédait 53 cents à 67,24 $ une heure après son ouverture.

«Les tensions entre les États-Unis et la Chine et la faiblesse des marchés émergents pèsent sur le moral des investisseurs», a noté Lukman Otunuga, analyste chez FXTM.

Washington pourrait imposer dès vendredi de nouvelles taxes douanières concernant 200 milliards de dollars de produits chinois, après des consultations achevées jeudi soir.

Les prix ont été plombés jeudi par la publication du rapport hebdomadaire sur les réserves des États-Unis par l'Agence américaine d'information sur l'Énergie (EIA).

Si les stocks de brut ont reculé la semaine dernière davantage que prévu (-4,3 millions de barils), les réserves d'essence (+1,8 million de barils) et de produits distillés (fioul de chauffage et gazole, +3,1 millions de barils) ont surpris les marchés.

La hausse des stocks d'essence «laisse à penser que la saison de la conduite (qui s'achève aux États-Unis) a été décevante», a commenté Stephen Brennock, analyste chez PVM.

Par ailleurs, sur la semaine, le prix du WTI a reculé alors que la tempête tropicale Gordon, qui risquait de perturber la production américaine, est passée sur le Sud des États-Unis sans arrêter l'activité pétrolière de la région.

«Ce week-end, il faudra garder un oeil sur les tempêtes tropicales qui évoluent dans l'Atlantique», a prévenu Olivier Jakob, analyste chez Petromatrix.