Source ID:778898bd-e7e8-4d14-9daf-83fd29ced96e; App Source:alfamedia
Exclusif

Projet éolien d'Apuiat: le président d'Hydro soulève l'ire du gouvernement

Le premier ministre Philippe Couillard a assuré que... (Photo Jacques Boissinot, archives La Presse canadienne)

Agrandir

Le premier ministre Philippe Couillard a assuré que le projet éolien d'Apuiat se réaliserait, en dépit de l'opposition d'Éric Martel (à droite), PDG d'Hydro-Québec.

Photo Jacques Boissinot, archives La Presse canadienne

(Québec) Le torchon brûle entre le président d'Hydro-Québec et le gouvernement Couillard. Dans des échanges mardi et hier avec les leaders de la communauté innue, le premier ministre Philippe Couillard a assuré que le projet éolien d'Apuiat se réaliserait, en dépit de l'opposition d'Éric Martel, PDG d'Hydro-Québec.

« S'il n'en tenait qu'à Pierre Moreau, il y aurait un décret pour destituer Éric Martel », confie une source au sein du gouvernement. Après la réunion du Conseil des ministres, mardi, M. Couillard s'est entretenu avec ses ministres Geoffrey Kelley (Affaires autochtones), Pierre Arcand (Conseil du trésor) et Pierre Moreau (Énergie). Le mécontentement à l'endroit de M. Martel était palpable et les leaders autochtones Mike McKenzie et Martin Dufour en ont été informés, lors d'un échange téléphonique.

Un autre échange a eu lieu hier, où M. Couillard a réitéré la détermination de Québec à aller de l'avant. Les chefs s'indignaient que le responsable d'une société d'État puisse marquer son opposition à la volonté du gouvernement. Même lecture au sein du gouvernement : « Jamais un président de société d'État n'aura fait une attaque aussi frontale envers le premier ministre », observe un participant aux échanges.

Un projet «difficilement recommandable»

Les Innus réclament que Québec respecte son engagement de leur confier la réalisation d'un parc éolien susceptible de produire 200 mégawatts - projet qui soutiendra jusqu'à 400 emplois dans une région qui en manque cruellement. Dans une lettre publiée hier dans les journaux de Québecor, le président Éric Martel soulevait de nombreuses questions sur la rentabilité du projet, un contrat de 25 ans, si peu rentable qu'il « s'avère difficilement recommandable ».

Une source chez Hydro-Québec dit que la société d'État s'inquiète de la gouvernance du projet, qui doit se conclure de gré à gré entre la communauté autochtone et la firme Boralex. Au lendemain d'un feu vert, Boralex pourrait diluer la propriété des Innus, observe-t-on. Éric Martel a le devoir de protéger les intérêts de l'ensemble des clients, indique un dirigeant. M. Martel est en vacances en Colombie-Britannique. 

Hier, le maire de Matane, Jérôme Landry, soulignait à Radio-Canada que sa région avait aussi besoin de ce projet - sa ville accueille deux producteurs de turbines pour les éoliennes. Dans l'ensemble du Québec, l'éolien représente 5000 emplois, dont 4000 en région.

Pour M. Martel, les pertes liées à l'achat de cette énergie d'ici à l'échéance du contrat pourraient coûter de 1,5 à 2 milliards - des chiffres validés par le ministère des Finances, et même par la sous-ministre de l'Énergie, Dominique Savoie, assure la société d'État. 

Sur Facebook, hier, le chef de la CAQ, François Legault, prenait fait et cause pour M. Martel.

« C'est l'ensemble des Québécois qui va payer cette facture, souligne M. Legault. Pourtant, Philippe Couillard veut absolument forcer Hydro-Québec à signer ce projet inutile et ruineux pour les Québécois. »

« Ce qui est révoltant, c'est que le chef libéral veut absolument obliger [Hydro-Québec] à signer avant les élections, parce qu'il sait que si je deviens premier ministre, je n'approuverai jamais un projet qui appauvrit les Québécois de milliards de dollars », écrit M. Legault.

Déjà le mois dernier, M. Legault avait dénoncé ce projet « inutile et ruineux » eu égard aux surplus d'Hydro-Québec.

Dans les cercles libéraux, on confie que MM. Legault et Martel ont été vus ensemble dans un salon privé d'un restaurant de Montréal. Une rencontre qui remonte à quelques mois, précise-t-on à la CAQ. M. Martel avait eu des entretiens avec MM. Legault et Lisée, il y a un an environ, une démarche normale pour le président d'une société d'État, explique Hydro-Québec.

Rapports tendus

Les rapports de M. Martel avec le titulaire de l'Énergie, Pierre Moreau, étaient déjà passablement tendus. Le patron d'Hydro-Québec n'avait pas voulu participer à une rencontre avec le ministre et le maire de Sherbrooke. Une vice-présidente de la société d'État, qui avait jugé la rencontre inutile, est devenue persona non grata au ministère de l'Énergie. Hydro-Québec a dû se choisir une autre intermédiaire pour échanger avec le Ministère.

Dans une lettre en préparation au ministère de l'Énergie, destinée au président Éric Martel, Québec va souligner que le projet de 200 mégawatts n'aura pas de répercussions sur les tarifs d'électricité. L'évaluation des coûts, 2 milliards, est largement exagérée. En outre, cette énergie est destinée au marché américain - ces deux dernières années, Hydro a vendu pour 800 millions de dollars d'électricité à l'étranger. Enfin, ce projet doit arriver sur le marché en 2022, juste au moment où l'Ontario cessera d'exploiter sa centrale de Pickering.

Mais le blocage d'Hydro-Québec fait en outre beaucoup de dommages collatéraux. Québec prolonge la route 138 à Tête-à-la-Baleine et à La Tabatière, sur des terres appartenant aux Innus. Hydro-Québec veut augmenter le nombre de turbines à Sainte-Marguerite, décision qui doit avoir l'aval des Innus.

Pour désenclaver l'énergie bloquée par la limitation de la capacité des lignes de transport, Hydro doit ériger ses pylônes dans trois collectivités innues. De bonnes relations avec la communauté sont cruciales pour l'avancement des projets d'Hydro, explique-t-on. Avec sa position sur Apuiat, Hydro compromet ses propres projets, observe-t-on.




À découvrir sur LaPresse.ca

Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer