La débâcle du marché du fer n'effraye pas Québec qui délie une fois de plus les cordons de sa bourse pour déployer son Plan Nord. L'État a annoncé hier son intention d'investir 26 millions dans la reprise des actifs miniers du lac Bloom, sur la Côte-Nord, tout juste vendus à Champion Iron Limited.

Publié le 20 févr. 2016
Fanny Lévesque LA PRESSE

Au début du mois, Québec allongeait 66,75 millions pour mettre la main sur les installations stratégiques de la Pointe-Noire, à Sept-Îles, qui appartenaient - tout comme la mine du lac Bloom - à Cliffs Natural Resources, qui a placé ses propriétés québécoises sous la protection de la Loi sur les arrangements avec les créanciers des compagnies, il y a un an.

« Nous souhaitons appuyer davantage d'entreprises et de projets prometteurs dans le secteur des mines et des hydrocarbures », a affirmé le ministre de l'Énergie et des Ressources naturelles, Pierre Arcand, aussi responsable du Plan Nord, dans un communiqué publié en toute fin de journée.

C'est d'ailleurs à même le fonds Capital Mines Hydrocarbures, géré par Ressources Québec, que le gouvernement puisera 20 millions, en plus de prêter 6 millions à Champion, aussi par l'intermédiaire de Ressources Québec, pour soutenir la société junior dans son projet de maintenir le site minier pendant 24 mois, le temps que le marché se redresse.

L'argent engagé le sera notamment sous forme d'actions ordinaires et d'actions avec droits de vote et participantes. L'entreprise devra néanmoins achever le financement « global » de la transaction avant que Québec et Ressources Québec ne confirment leur participation, sous réserve des autorisations requises du tribunal. Le 26 janvier, la Cour supérieure a donné son aval à Champion Iron Limited pour l'achat de la mine du lac Bloom, près de Fermont, pour 10,5 millions.

La société s'est aussi engagée à assumer des obligations environnementales estimées à 41,7 millions. Les parties doivent répondre aux conditions d'ici le 29 mars.

STIMULER LA CÔTE-NORD

L'effondrement du prix de la tonne de fer donne du fil à retordre à la Côte-Nord, où l'arrêt des activités de Cliffs a, à lui seul, causé la perte de plusieurs centaines d'emplois.

« La reprise des actifs du lac Bloom fait assurément partie de ces initiatives structurantes qui stimuleront le développement économique. »

- Pierre Arcand, ministre de l'Énergie et des Ressources naturelles, aussi responsable du Plan Nord

C'est aussi l'avis du milieu économique de Sept-Îles, qui salue les « gestes concrets » faits par Québec pour assurer la réussite du Plan Nord. « Le gouvernement a dit que Sept-Îles était un point d'ancrage [du Plan Nord], il faut être prêt quand le marché sera au rendez-vous », a réagi le président de Développement économique Sept-Îles, Luc Dion.

« L'achat d'infrastructures [comme celles de Cliffs] était une occasion unique. Québec ne sera pas en réaction [lors de la reprise], on va être partenaire, actionnaire des projets. C'est ce qu'on souhaite comme gouvernement, comme Québécois. »

- Luc Dion, président de Développement économique Sept-Îles

À Sept-Îles, l'achat des actifs de Cliffs par l'État vient désenclaver la Pointe-Noire, un endroit névralgique pour les expéditions. La transaction ouvre d'ailleurs la voie à quatre des cinq compagnies minières qui ont payé la moitié du nouveau quai multiusager, dans le même secteur, et qui lorgnent d'importants projets d'exploitation dans la fosse du Labrador.

Parmi ces acteurs, Pierre Arcand confirmait récemment que Tata Steel Minerals Canada serait partenaire de la société en commandite, créée avec les propriétés de la Pointe-Noire. Il faut rappeler que Québec a aussi annoncé en janvier, lors du Forum économique mondial de Davos, son souhait de participer au projet minier de Tata Steel à Schefferville pour permettre des investissements supplémentaires de 400 millions.

Après avoir mis la main au début du mois sur l'usine de la Pointe-Noire, le gouvernement du Québec avancera de nouvelles sommes pour aider à la relance de l'industrie minière sur la Côte-Nord.

Photo Jacques Boissinot, Archives La Presse Canadienne

Pierre Arcand, ministre de l’Énergie et des Ressources naturelles, aussi responsable du Plan Nord