Le géant italien de l'énergie ENI a annoncé dimanche la découverte du «plus grand» gisement offshore de gaz dans les eaux de l'Égypte, une bonne nouvelle pour le régime du président al-Sissi inquiet des menaces du groupe État islamique (EI) et porteuse de «stabilité énergétique» pour la Méditerranée» selon Rome.

Mis à jour le 30 août 2015
AGENCE FRANCE-PRESSE

Ce gisement pourrait représenter un potentiel de 850 milliards de mètres cubes, sur «un secteur de 100 kilomètres carrés», assure la compagnie dans un communiqué, parlant de «champ de gaz super-géant».

Le ministère égyptien du Pétrole a confirmé la découverte, faite à 1450 mètres de profondeur, précisant que «les opérations de développement» devraient durer quatre ans.

Le directeur général d'ENI, Claudio Descalzi, «s'est rendu au Caire pour informer le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi de ce succès important, et discuter de la découverte avec le premier ministre Ibrahim Mahlab», selon le communiqué de la compagnie.

Il devait aussi rencontrer le ministre du Pétrole Sherif Ismail.

«Il s'agit de la plus grande découverte de gaz jamais faite en Égypte et en mer Méditerranée», se félicite le groupe phare italien, assurant que cette découverte pourrait également «devenir l'une des plus grandes réserves de gaz naturel au monde».

Le communiqué d'ENI précise que cette découverte, «après son développement total», va aider à couvrir «les besoins en gaz naturel de l'Égypte durant des décennies».

Stabilité énergétique

Le président du Conseil italien Matteo Renzi a téléphoné au président al-Sissi, pour «discuter ensemble de l'impact de cette découverte sur la stabilité énergétique de la Méditerranée et sur les perspectives de développement de la région», a indiqué le palais Chigi.

«Compliments à l'ENI pour cet extraordinaire résultat d'un travail de recherche qui s'insère dans le cadre des rapports entre l'Italie et l'Égypte, dans une optique de partenariat stratégique qui concerne plus généralement tout le continent africain», a ajouté M. Renzi, dans un message de félicitations à M. Descalzi.

Cette découverte a été effectuée dans la zone d'exploration «Zohr», exploitée par l'ENI qui en détient la licence d'exploitation à 100 %, à la suite d'un appel d'offres que la compagnie avait remporté en janvier 2014.

L'ENI va délimiter au plus vite le gisement pour assurer son développement rapide en utilisant au mieux les infrastructures déjà existantes, en mer et à terre.

M. Descalzi a estimé que «cette découverte historique sera en mesure de transformer le scénario énergétique d'un pays entier qui nous accueille depuis 60 ans» (depuis 1954).

ENI est le principal producteur d'hydrocarburants du pays avec une production de 200 000 barils d'équivalent pétrole par jour.

Cette annonce de l'ENI, relayée immédiatement quasiment mot pour mot par le ministère égyptien du pétrole, est une bonne nouvelle pour le régime al-Sissi, accusé de dérive autoritaire, mais qui se présente comme l' «ultime rempart» contre le «terrorisme islamiste» et multiplie les appels du pied aux investisseurs internationaux.

Car l'exploitation de ce gaz, en offshore, peut permettre de garantir une certaine sécurité au moment où l'Égypte est le théâtre d'une vague d'attentats perpétrés par la branche locale du groupe armé État islamique (EI).

L'EI pourrait préférer à l'avenir tenter de toucher l'Égypte d'al-Sissi au portefeuille, selon les experts, en effrayant touristes et investisseurs internationaux, selon des analystes.

M. Renzi se félicite d'«être l'ami» du président égyptien. Le plus grand pays du monde arabe représente un intérêt stratégique et économique très important pour l'Italie, alors que la Libye voisine, où l'Italie a beaucoup investi, a sombré dans le chaos.

Depuis plusieurs années, la Méditerranée orientale est devenue une zone d'exploration gazière très active, notamment après la découverte de gros gisements gaziers au large d'Israël et de Chypre.