Les cours des métaux précieux ont perdu du terrain cette semaine, plombés, comme l'ensemble des marchés financiers, par une prudence exacerbée des investisseurs dans l'attente d'une éventuelle réponse efficace à la crise de la dette qui secoue la zone euro.

Alice Doré AGENCE FRANCE-PRESSE

OR

Le cours de l'once d'or a débuté la semaine en fanfare, grimpant lundi jusqu'à 1695,32 $, un niveau plus vu depuis le 23 septembre, porté par un regain d'intérêt des investisseurs spéculatifs.

Ces derniers cherchaient à effectuer quelques achats à bon compte dans un marché porté par un regain d'optimisme sur la crise de la dette en zone euro, ont observé les analystes de Commerzbank.

Lors du week-end, les ministres des Finances du G20 des principaux pays riches et émergents avaient reconnu les progrès réalisés par les Européens dans la résolution de la crise de la dette et fait naître l'espoir de voir des mesures concrètes pour en venir à bout lors du sommet européen du 23 octobre.

Mais au fur et à mesure que se succédaient les jours et les annonces contradictoires d'accord franco-allemand ou de dissensions accrues entre les deux poids lourds de la zone euro, la confiance des investisseurs s'est fissurée.

Dans ce contexte, malgré son statut de valeur refuge, le métal jaune «n'est pas à l'abri d'une plus ample baisse... si les responsables européens ne parviennent pas à se mettre d'accord», a mis en garde James Moore, analyste du cabinet Fast Markets.

De plus, les attentes d'une solution ont été repoussée à la semaine prochaine, après l'annonce par le président français Nicolas Sarkozy et la chancelière allemande Angela Merkel d'un second sommet «au plus tard mercredi» prochain pour préparer une «réponse globale et ambitieuse» à la crise de la dette.

L'or parvenait tout de même à tirer son épingle du jeu, limitant ses pertes sur fond de perspective d'une demande soutenue avant la fête traditionnelle indienne de Divali (Fête des lumières), le 26 octobre, «une des principales fêtes (indienne) et au cours de laquelle des cadeaux confectionnés avec de l'or sont habituellement échangés», ont observé les experts de Commerzbank.

Sur le London Bullion Market, l'once d'or a terminé vendredi à 1642,50 $ contre 1678 $ une semaine auparavant.

ARGENT

Le métal gris, alternative moins onéreuse à l'or, a également perdu de son éclat dans une semaine empreinte de prudence sur les marchés.

L'once d'argent a terminé vendredi à 30,80 $ au fixing du soir l'once contre 31,82 $ sept jours auparavant.

PLATINE/PALLADIUM

Les métaux platinoïdes se sont également retrouvés sous pression cette semaine.

Le palladium est tout de même parvenu à limiter ses pertes, soutenu par une demande toujours robuste, notamment du secteur automobile chinois, et par la perspective de voir la Russie limiter ses exportations sur les deux prochaines années, ont relevé les analystes de Commerzbank.

Sur le London Platinum and Palladium Market, l'once de platine a terminé vendredi à 1510 $ contre 1553 $ une semaine auparavant.

L'once de palladium a fini à 616 $ contre 614 $ sept jours plus tôt.