Le géant minier Rio Tinto prévoit recruter des centaines de personnes au Canada dans le cadre de ses nombreux projets de modernisation et d'expansion.

LA PRESSE CANADIENNE

L'entreprise cherche notamment 210 travailleurs pour ses mines et ses usines d'alumine, d'aluminium, de minerai de fer, de diamants et de dioxyde de titane.

Le porte-parole Bryan Tucker a ajouté que des centaines d'autres postes avaient déjà été comblés ou étaient en voie de l'être.

Rio Tinto emploie plus de 13 000 personnes dans 35 établissements au pays.

Afin d'attirer des candidats, l'entreprise s'et tournée vers les réseaux sociaux dont Facebook ainsi que vers le portail Youtube.com où elle présente une vidéo promotionnelle sur sa mine de Diavik, sur la Compagnie minière IOC, sur Rio Tinto fer et titane et sur Alcan.

La plupart des emplois à pourvoir sont rattachés à des installations en région. Quelque 150 des 214 postes affichés sont au Québec.

Rio Tinto Alcan se prépare à une reprise dans le marché de l'aluminium en investissant plus de 1 milliard de dollars US pour moderniser ses usines du Québec et de la Colombie-Britannique.

L'essentiel de cette somme, soit 760 millions US, servira à implanter la technologie AP60 dans une usine pilote du Saguenay.

Rio Tinto [[|ticker sym='RIO'|]] consacrera aussi 300 millions US à des travaux préparatoires en vue de la modernisation de l'usine de Kitimat.

Le géant investira en outre 163 millions pour accroître de 40% la production de l'IOC sur la Côte-Nord.

Après la chute du prix des ressources naturelles, en 2008, Rio Tinto a supprimé 14 000 postes, dont 1100 dans le secteur de l'aluminium et 140 au siège social d'Alcan, à Montréal.