La Presse a posé quelques questions à une ingénieure mécanique pour avoir un aperçu de la profession.

Publié le 21 sept. 2015
Martine Letarte LA PRESSE

Q Pourquoi avez-vous choisi cette profession?

R J'avais 15 ans, je suis allée au salon de l'auto où un homme parlait de conception avec une maquette. J'ai voulu dessiner des voitures! Finalement, j'ai réalisé que les ingénieurs mécaniques ne dessinaient pas vraiment des voitures, mais des pièces, comme les freins. J'aime avoir une vision d'ensemble, alors j'ai regardé d'autres débouchés»

Q En quoi consiste votre travail?

R Je suis en mécanique du bâtiment, alors je participe aux systèmes de chauffage, de plomberie, de ventilation, de climatisation. Je travaille dans la conception avec les architectes et les ingénieurs de structure notamment pour intégrer les systèmes à la structure des bâtiments.

Q Décrivez une journée typique de travail.

R Chaque jour est différent, mais je fais de la conception en interagissant avec mes collègues de différentes disciplines. Nous avons souvent des réunions. Je fais aussi de la surveillance de chantier pour m'assurer que les plans sont respectés. Souvent, je travaille sur plusieurs projets en même temps. Mes semaines sont d'environ 40 heures, mais je peux faire des heures supplémentaires en fin de projet.

Q Qu'avez-vous fait comme études?

R Un baccalauréat en génie mécanique à Polytechnique Montréal, puis des cours de soir en mécanique du bâtiment lorsque j'ai commencé à travailler dans le domaine.

Q Quel a été votre cheminement professionnel?

R Je voulais travailler en usine au départ, mais je n'ai pas trouvé de travail dans le domaine. Huit mois après avoir obtenu mon diplôme, j'ai eu l'offre d'une entreprise de ventilation pour installer des systèmes sur des chantiers de construction. Après deux ans, j'ai voulu faire de la conception, alors je suis allée en génie-conseil, chez Tecsult qui a été achetée par Aecom. Puis, le service de bâtiment a fermé. Je suis chez Laporte depuis six mois.

Q Quel est votre plus grand défi?

R Les échéanciers sont toujours serrés et il faut que la qualité soit au rendez-vous. Et, depuis la commission Charbonneau, il faut rebâtir la crédibilité des ingénieurs.

Q Qu'aimez-vous le plus dans ce travail?

R Les projets sont diversifiés. Depuis que je suis chez Laporte, je travaille sur des projets pharmaceutiques. Avant, j'ai fait des salles de spectacle, des édifices de bureaux et de condos, un projet d'aéroport au Mali, etc. Il faut trouver des solutions adaptées aux contraintes de chaque projet, être créatif.

Q Quelles sont les qualités et aptitudes requises?

R De l'ouverture d'esprit, une capacité à bien communiquer et à travailler en équipe.

Baccalauréat en génie mécanique

Situation d'emploi en janvier 2013, pour la promotion de 2011, pour l'ensemble du Québec

En emploi : 82,2 %

En emploi à temps plein lié à la formation : 84,3 %

Aux études : 13,7 %

À la recherche d'un emploi : 3 %

Taux de chômage : 3,6 %

Salaire hebdomadaire brut moyen : 1085 $

(source : La relance à l'université-2013)