L'École de la fonction publique du Canada (ÉFPC) a annoncé vendredi dernier qu'elle cessera d'offrir la prestation directe de formation linguistique à compter du 31 mars 2012.

Publié le 16 janv. 2012
MARKET WIRE

Les ministères et organismes fédéraux feront ainsi appel aux écoles privées de formation linguistique pour assurer la formation des employés de la Fonction publique du Canada dans les deux langues officielles.

«L'École met enfin en oeuvre une décision prise en 2006 par le Secrétariat du Conseil du Trésor du Canada. L'AILIA attendait ce moment depuis longtemps. Cette décision entraînera une utilisation accrue du secteur privé et accroîtra les possibilités offertes en appui aux langues officielles», a déclaré Ann Rutledge, présidente de l'Association de l'industrie de la langue (AILIA).

Les écoles privées de formation linguistique ont la capacité et l'expertise pour assurer la prestation directe de services à la fonction publique.

Dès 2006, elles ont investi des sommes considérables dans le but d'assurer que leurs produits, dans leurs contenus pédagogiques et dans leurs formes physiques, répondent aux normes élevées de l'offre à commande.

Les écoles sont donc prêtes à servir le gouvernement du Canada, ses fonctionnaires et la population canadienne.

Au cours des prochaines semaines, l'AILIA et les écoles privées travailleront en étroite collaboration avec l'ÉFPC pour organiser  une foire à l'emploi pour les professeurs touchés par cette décision.