L'enseigne Renaud-Bray comprend 30 magasins. Celle d'Archambault, 14. Neuf endroits au Québec comptent à la fois une librairie Renaud-Bray et une librairie Archambault. L'acquisition annoncée cette semaine de la deuxième enseigne par la première, sujette à l'autorisation du Bureau de la concurrence, annonce-t-elle des fermetures éventuelles de magasins?

Mis à jour le 23 mai 2015
Isabelle Massé LA PRESSE

«Il n'y aurait pas de raison de maintenir deux bannières telles quelles, soutient Louis Hébert, professeur titulaire au département de management de HEC Montréal. Viendra un moment où Renaud-Bray aura intérêt à consolider. Si on était dans un marché en forte croissance, la question ne se poserait pas. Mais la montée du livre électronique et la concurrence étrangère viennent gruger cette croissance.

«On ne connaît évidemment pas les détails de l'acquisition, ajoute Louis Hébert. Le bilan de Renaud-Bray sera sans doute moins joli qu'il ne l'était avant la transaction. Car les entreprises qui procèdent à une fusion ou une acquisition avec un concurrent fragilisent parfois leur situation.»

Certains magasins concurrents sont dans le même centre commercial, et d'autres se trouvent à seulement quelques minutes de marche l'un de l'autre. «Le fait d'être dans le même centre n'est pas si grave, croit plutôt Marie-Claude Frigon, associée et spécialiste en ventes au détail de Richter. Fermer un magasin ne signifie pas que les gens iront dans l'autre. J'ai l'impression que les deux bannières n'attirent pas forcément le même type de clientèle.»

Bureau de la concurrence

Cela dit, la décision de fermer ou non quelques adresses pourrait revenir au Bureau de la concurrence, et non à l'acheteur. Dans un communiqué, Renaud-Bray a fait savoir «qu'à l'issue de cette transaction, [elle] entend maintenir la bannière Archambault comme entité distincte» et que d'ici là, Québecor continuera de gérer l'ensemble des opérations de Groupe Archambault.

Question de positionnement

La Presse a joint la responsable des communications pour Renaud-Bray vendredi, mais l'entreprise n'a pas précisé davantage ses intentions.

«Avec cette nouvelle, on pense à Future Shop et Best Buy, mais dans ce dernier cas, ce n'était pas très clair quelle était la différenciation entre les deux chaînes, estime Marie-Claude Frigon. Ce sera important pour Renaud-Bray de trouver un positionnement et s'assurer d'être différent.»

Des emplacements rapprochés

> Renaud-Bray du complexe Desjardins de Montréal

> Archambault de la Place des Arts

(5 minutes de marche)

> Renaud-Bray des Galeries d'Anjou

> Archambault des Halles d'Anjou

(10 minutes de marche)

> Renaud-Bray de Brossard

> Archambault de Brossard

(11 minutes de marche)

> Renaud-Bray du Centre Laval

> Archambault des Galeries Laval

(5 minutes de marche)

> Renaud-Bray de Sainte-Foy

> Archambault de Sainte-Foy

(7 minutes de marche)

> Renaud-Bray de Québec

> Archambault de Québec

(8 minutes de marche)