Les finances du gouvernement fédéral se portent relativement bien, malgré le ralentissement économique : Ottawa affiche un surplus de cinq milliards de dollars pour les trois premiers mois de l'exercice financier de 2015-2016, soit d'avril à juin.

Mis à jour le 28 août 2015
JOËL-DENIS BELLAVANCE LA PRESSE

Selon la revue financière du ministère des Finances publié vendredi matin, le gouvernement fédéral a enregistré un surplus de 1,1 milliard de dollars pour le seul mois de juin, ce qui porte l'excédent total pour les trois premiers mois à cinq milliards de dollars.

À titre de comparaison, Ottawa avait engrangé un maigre surplus de 400 millions de dollars durant les trois premiers mois de l'exercice financier 2014-2015.

Les données du mois de juin tiennent d'ailleurs compte de l'entrée en vigueur de l'élargissement et de la bonification de la prestation universelle pour la garde d'enfants (PUGE) pour la période d'avril à juin, ce qui représente une somme de 1,2 milliard de dollars pour ces trois mois.

Ces données risquent d'alimenter les échanges entre le chef conservateur Stephen Harper, le leader néo-démocrate Thomas Mulcair et le chef libéral Justin Trudeau alors que l'économie et la gestion des finances publiques deviennent un thème dominant de la campagne électorale.

Jeudi, Justin Trudeau a annoncé que gouvernement libéral doublerait les investissements fédéraux dans les infrastructures afin de relancer l'économie canadienne, les faisant passer de 65 milliards sur 10 ans à 125 milliards de dollars. Il a indiqué que ces investissements entraîneraient des déficits annuels frisant les 10 milliards de dollars pendant trois ans et que le retour à l'équilibre budgétaire serait atteint en 2019.

La promesse de M. Trudeau de soutenir la croissance économique en accumulant les déficits pendant trois ans a été vertement dénoncée par Stephen Harper et Thomas Mulcair, qui soutiennent tous les deux l'équilibre budgétaire s'ils forment le prochain gouvernement.

Au pouvoir depuis 2006, M. Harper a fait du retour à l'équilibre budgétaire la pierre angulaire de sa politique fiscale depuis quatre ans. Quant à M. Mulcair, il affirme qu'un gouvernement qui tombe dans l'ornière des déficits ne fait que pelleter «dans la cour des générations futures» des problèmes budgétaires. À terme, cela hypothèque la capacité d'un gouvernement de répondre aux besoins des citoyens moins fortunés.

Dans une déclaration émise après la publication de la revue financière du ministère des Finances, le premier ministre Stephen Harper a affirmé que ces chiffres démontrent que son plan fonctionne.

«Ce rapport indique que sous notre solide leadership économique, le Canada avait un surplus budgétaire de 5 milliards de dollars au cours des trois premiers mois de l'année. Ça signifie que nous faisons mieux que prévu avec notre plan budgétaire, tout en offrant un allégement fiscal historique directement aux familles canadiennes.  C'est positif pour le Canada et c'est positif pour l'économie», a-t-il dit.

«Alors que l'économie mondiale reste volatile, notre gouvernement conservateur va continuer à exécuter un plan d'impôts bas et d'équilibre budgétaire afin de stimuler notre économie. Les Libéraux de Justin Trudeau et le NPD de Thomas Mulcair proposent des augmentations massives des dépenses gouvernementales et de gros déficits permanents, financés par des hausses de taxes pour les familles, les travailleurs et les aînés de la classe moyenne. Leur approche augmenterait le fardeau fiscal, tuerait des emplois et ruinerait notre économie», a-t-il ajouté.