La Banque de Montréal (T.BMO) prévoit que le dollar canadien chutera à un niveau aussi peu élevé que 93 cents US d'ici la fin de l'année en raison de l'impact exercé par le ralentissement économique mondial sur les prix des produits de base.

LA PRESSE CANADIENNE

Dans un rapport rendu public mercredi, l'institution bancaire dit s'attendre à ce que le huard se maintienne à peu près à ce niveau jusqu'à la deuxième moitié de l'année. Il devrait ensuite remonter à la parité avec le dollar américain, quand la croissance de l'économie mondiale s'accélérera.

«Bien que l'évolution boursière ait été positive au cours des derniers jours, dans l'espoir d'une solution d'ensemble en Europe, nous nous attendons à ce que la crise se poursuive jusqu'en 2012, sinon davantage», affirme BMO dans son rapport.

«Même si les dirigeants européens sont en mesure de satisfaire les marchés avec des mesures énergiques, il est improbable que la croissance mondiale reprenne rapidement, ce qui devrait jouer sur les prix des produits de base et le huard. En effet, les économies européennes seront probablement paralysées par les mesures d'austérité et la restructuration pendant au moins les prochaines années», ajoute la banque.

Le dollar canadien a clôturé mercredi à 96,84 cents US, en baisse de 1,16 cent US par rapport à son cours de fermeture de la veille.

La valeur de la devise canadienne a beaucoup fluctué récemment. Le huard a perdu environ 5 cents US par rapport au billet vert, la semaine dernière, alors que les marchés étaient agités en raison de la crise de la dette gouvernementale qui secoue l'Union européenne.

Pour les constructeurs automobiles et autres fabricants, les exportations et la main-d'oeuvre canadiennes paraissent plus attrayantes si le huard évolue à basse altitude, ce qui pourrait permettre de préserver des emplois au Canada.

Pour les consommateurs, cependant, un huard valant moins que le dollar américain a pour effet d'augmenter les coûts des dépenses de tous les jours, comme les produits importés vendus dans les supermarchés locaux, mais aussi ceux des dépenses sporadiques, tels que les voyages effectués à l'étranger.

Dans son rapport, BMO prédit que le huard demeurera à proximité de 95,2 cents US jusqu'au deuxième semestre de 2012, avant que l'économie mondiale ne commence à s'améliorer.

Néanmoins, lorsque la Réserve fédérale des États-Unis se mettra à augmenter ses taux d'intérêt, probablement durant la deuxième moitié de 2013, la valeur du huard devrait commencer à diminuer pour se situer entre 95,2 cents US et 90,9 cents US, croit la Banque de Montréal.