Trump indemnise les agriculteurs victimes de sa guerre commerciale

Publicité

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Heather SCOTT, Virginie MONTET
Agence France-Presse
Washington

L'administration Trump a annoncé mardi une aide d'urgence de 12 milliards de dollars destinés aux agriculteurs américains affectés par les représailles aux tarifs douaniers américains, reconnaissant ainsi les premiers dommages collatéraux du conflit commercial déclenché par le président.

Le secrétaire américain à l'agriculture, Sonny Perdue, a indiqué que cette somme serait accordée aux agriculteurs mis en difficulté par « les représailles tarifaires illégales » à l'instar des producteurs de soja, de porc, de fruits, de riz et de lait.

Ces derniers ont été particulièrement visés ces derniers mois par les taxes douanières imposées par les partenaires commerciaux des États-Unis, qui ont décidé de rétorquer aux droits de douane américains sur l'acier, l'aluminium ou les taxes sur les dizaines de milliards d'importations chinoises.

Ces subventions sont une solution « à court terme » en attendant que les négociations aboutissent à un accord commercial à long terme, a affirmé Sonny Perdue.

Avec cette aide financière, l'administration Trump semble concéder pour la première fois que sa stratégie d'escalade dans les droits de douane, non seulement avec la Chine mais encore avec l'Union européenne, le Canada et le Mexique, a un effet négatif sur certains secteurs américains.

Cette annonce contraste avec les déclarations du président américain mardi. Dans un tweet, il a assuré que « tout irait bien » en matière de commerce international.

« Les tarifs douaniers sont les meilleurs! Soit un pays qui a traité les États-Unis de manière injuste sur le Commerce négocie un accord juste, soit il est frappé de tarifs douaniers », a tweeté le milliardaire républicain. « C'est aussi simple que ça - et tout le monde discute! Souvenez-vous, nous sommes la "tirelire" qui est en train d'être dévalisée. Tout ira bien! », a-t-il poursuivi.

Depuis plusieurs mois, le président Trump est engagé dans un bras de fer commercial sur plusieurs fronts.

Les mesures de rétorsion n'ont pas tardé, affectant des exportations agricoles américaines vers la Chine, le Mexique, le Canada ainsi qu'une série de produits typiques à destination de l'Europe allant du bourbon aux jeans.

Baisse de revenus

Pour les agriculteurs américains, la perte de revenus que ces taxes font encourir depuis le début du conflit commercial s'est élevée à 11 milliards de dollars, a affirmé le ministre de l'agriculture, et à 13 milliards, selon la profession agricole qui s'inquiète depuis des mois de l'impact des représailles.

Le plan de soutien de 12 milliards de dollars inclut une assistance directe aux fermiers ainsi qu'un programme d'achat de la production et une aide à promouvoir sa distribution.

Cette initiative « montre que les autres nations ne peuvent malmener nos producteurs agricoles et forcer les États-Unis à se soumettre », a déclaré le ministre de l'agriculture de Donald Trump.

« Les autres nations devraient cesser leur mauvais comportement et ne pas appliquer des représailles tarifaires illégales », a ajouté M. Perdue.

Robert Lighthizer, le représentant au Commerce, a également salué « l'initiative forte du président Trump qui, comme promis, s'assure que les agriculteurs et éleveurs américains ne font pas les frais des mesures de rétorsions illégales de la Chine et des autres partenaires ».

Les agriculteurs de leur côté ne paraissaient pas complètement rassurés.

Tout en prenant acte de cette aide de 12 milliards, la National Farmers Union, une des principales organisations d'agriculteurs, a appelé le gouvernement à « faire davantage pour apporter une solution durable aux dommages à long terme que provoque de la guerre commerciale ».

« Ce sont les moyens de subsistance (des agriculteurs) qui sont en jeu avec chaque tweet, chaque menace ou déclaration de tarif douanier venant de la Maison-Blanche », a réagi l'organisation agricole.

Pour l'American Farm Bureau Federation, l'aide fédérale « est une nouvelle positive qui nous fait gagner du temps ». « Mais on ne saurait trop insister sur les terribles conséquences auxquelles font face les agriculteurs vu les pertes de marchés à l'export ».

Depuis le conflit, le prix du soja a perdu 25 % pour descendre à son plus bas niveau depuis 2008-2009.

Parmi les élus, les réactions étaient mitigées. Pour John Thune, sénateur républicain du Dakota du Sud, les subventions sont « la reconnaissance qu'il y a beaucoup de conséquences inattendues » à la politique commerciale qui provoque « de nombreux dommages collatéraux ».

Le fabricant d'électroménagers Whirlpool en était un autre exemple, bien contre son gré.

Le groupe qui avait salué l'imposition de taxes sur les machines à laver sud-coréennes en début d'année, censées protéger les parts de marché des appareils « made in America », a commencé à déchanter.

Whirlpool prévoit désormais des ventes et bénéfices plus faibles cette année à cause des taxes douanières sur l'acier, un matériau qui compte pour la moitié dans le coût de fabrication de ses lave-linges.




Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer