Qu'un fleuron comme Agropur ne trouve rien à redire à ce que sa coentreprise Aliments Ultima embauche des VP unilingues anglais, constitue un triste retour 40 ans en arrière, a commenté jeudi le président de la Confédération des syndicats nationaux.

Publié le 11 févr. 2016
André Dubuc LA PRESSE

«C'est sûr que sur la base du français au travail, ça n'a pas d'allure qu'un VP ne soit pas capable de s'adresser en français aux travailleurs et travailleuses», dit Jacques Létourneau, président de la centrale. Le syndicat de l'usine Ultima de Granby est affilié à la CSN. «On a l'impression de reculer 40 ans en arrière, surtout (quand on entend) l'espèce de banalisation qu'en fait le chef de direction. »

Mercredi, Robert Coallier, chef de la direction de la coopérative laitière qui possède 50 % d'Ultima, justifiait l'embauche de VP unilingues anglais chez le fabricant de yogourts Iögo au nom de la compétence. 

«Agropur ou Ultima sont rendues des entreprises de taille internationale. On n'engage pas sur la base de langue ; on engage sur la base de compétences », a-t-il répondu quand questionné sur les raisons de l'embauche de l'unilingue Dan Jewell comme vice-président opérations d'Aliments Ultima.

Le président du syndicat de l'usine de Granby, Martin Delage, rapportait à La Presse Affaires mercredi que le VP devait faire traduire ses propos par le directeur d'usine Yves Dion quand il s'adressait aux employés de Granby, principale usine d'Ultima au Canada.

C'est également M. Dion qui se charge de répondre aux questions des employés, M. Jewell ne comprenant pas le français. 

Sous la férule de M. Jewell, l'usine de Granby est soumise à un régime minceur, qui soulève le mécontentement des travailleurs. Le nombre de syndiqués a diminué de plus d'une centaine en 18 mois.

«Le climat de travail est très médiocre. Les travailleurs ne se sentent pas respectés », a indiqué M. Delage.  

La Presse Affaires a reçu une lettre anonyme à la mi-janvier dénonçant les départs répétés de VP chez Ultima et l'anglicisation de l'organisation. Sept VP ont quitté l'entreprise depuis l'entrée en fonction de Martin Parent comme président d'Ultima en juillet 2014. Outre M. Jewell, le VP marketing Simon Small, embauché en mai 2015, est aussi unilingue anglais. 

Aliments Ultima ne s'est pas encore exprimée publiquement.