(Honiara) La Chine a lancé une vaste initiative visant à étendre la coopération en matière de sécurité et de libre-échange avec les pays du Pacifique Sud, déjà décriée par plusieurs poids lourds dans la région comme l’Australie et les États-Unis.  

Mis à jour le 26 mai
Andrew BEATTY Agence France-Presse

Le projet d’accord et le plan sur cinq ans, que l’AFP a pu consulter, feront l’objet de discussions à l’occasion d’une visite du ministre chinois des Affaires étrangères Wang Yi dans plusieurs pays de la zone à partir de jeudi.

Selon ces documents, la Chine entend proposer à dix États insulaires de la région des millions de dollars d’assistance, la perspective d’un accord de libre-échange ainsi que la possibilité d’accéder au vaste marché chinois avec ses 1,4 milliard d’habitants.

En retour, la Chine se chargerait de former les forces de police et s’impliquerait dans la cybersécurité locale. Elle pourrait par ailleurs réaliser des opérations sensibles de cartographie marine et obtiendrait un meilleur accès aux ressources naturelles locales.

Cette « vision commune de développement », du nom donné au projet, pourrait être adoptée le 30   mai, à l’occasion d’une rencontre prévue aux îles Fidji entre M. Wang et les ministres des Affaires étrangères de la région.

À son arrivée dans les îles Salomon jeudi, le diplomate chinois a demandé à ne pas « interférer », ou « perturber » la « coopération de la Chine avec les pays insulaires du Pacifique ».

« Ils ne sont l’arrière-cour de personne. Tous les pays insulaires du Pacifique ont le droit de faire leur propre choix au lieu de se contenter de suivre les autres », a-t-il déclaré, niant par ailleurs toute volonté de Pékin d’installer une base militaire dans les îles Salomon.

Rivalité avec les États-Unis

Le Pacifique sud-est devenu ces derniers mois un théâtre de forte rivalité entre la Chine et les États-Unis, grande puissance du Pacifique depuis plusieurs décennies.

Pékin cherche à y accroître sa présence militaire, politique et économique, mais n’a fait jusqu’à présent que des progrès limités et inégaux.

Le plan de coopération, s’il est accepté, pourrait en revanche représenter un tournant majeur, facilitant notamment un certain nombre d’opérations de police ou militaires.

En outre, les vols entre la Chine et les îles du Pacifique seraient multipliés, Pékin nommerait un émissaire régional, assurerait la formation des jeunes diplomates du Pacifique et fournirait 2500 « bourses » gouvernementales.

Mais déjà, certaines capitales ont commencé à tirer la sonnette d’alarme concernant le projet d'accord régional.

Ce projet témoigne d’une « Chine qui cherche à accroître son influence dans la région du monde où l’Australie a été le partenaire de choix en matière de sécurité depuis la Seconde Guerre mondiale », a averti jeudi le nouveau premier ministre australien Anthony Albanese.

Il a annoncé une « intensification » de l’engagement de l’Australie dans le Pacifique, avec environ 500 millions de dollars australiens d’aide pour la formation à la défense, la sécurité maritime et les infrastructures pour lutter contre les effets du changement climatique.  

Jeudi, la ministre australienne des Affaires étrangères Penny Wong était en route vers les îles Fidji pour discuter de ces plans.  

De son côté, le porte-parole du département d’État américain Ned Price a conseillé aux pays du Pacifique Sud de se méfier de cet accord « obscur » avec la Chine.

« Nous sommes préoccupés par le fait que ces accords puissent être négociés lors d’un processus précipité et non transparent », a-t-il déclaré mercredi, tout en rappelant que les nations feraient leur propre choix.

Dans une lettre véhémente adressée à ses collègues du Pacifique Sud, le président des États fédérés de Micronésie David Panuelo a mis en garde contre un accord « attrayant » à première vue, mais susceptible de donner à la Chine les moyens « d’acquérir accès et contrôle sur notre région ».

« Contrôle » et « surveillance »

Qualifiant les propositions de « non sincères », M. Panuelo y estime qu’elles « garantiraient une influence chinoise au sein du gouvernement », un « contrôle économique » chinois sur certaines industries clés ainsi qu’une « surveillance de masse » des appels téléphoniques et messages électroniques locaux.

Le dirigeant y voit une tentative de « lier intrinsèquement à eux l’ensemble de nos économies et de nos sociétés » pour servir son objectif à long terme : « prendre Taïwan, pacifiquement si possible, par la guerre si nécessaire ».

La Micronésie — fédération qui réunit quatre pays formés de plus de 600 petites îles et atolls sur la ligne de l’Équateur — bénéficie depuis les années 1980 d’un statut de libre association avec les États-Unis, qui lui garantit une coopération dans le domaine du développement ainsi qu’une protection militaire.

Mais d’autres pays de la région pourraient en revanche être tentés par les possibles retombées positives du projet d’accord avec la Chine.

Les îles Salomon et Pékin ont ainsi annoncé fin avril la signature d’un pacte de sécurité aux contours flous dont Canberra et Washington craignent qu’il permette à Pékin d’installer une présence militaire dans l’archipel.