(Washington) Le montant total des ventes au détail aux États-Unis a augmenté moins que prévu en novembre, alors que commencent les achats de fin d’année, la hausse restant notamment tirée par les ventes d’essence, dont les prix restent très élevés.  

Publié le 15 déc. 2021
Agence France-Presse

Le total des ventes s’est élevé à 639,8 milliards de dollars, soit 0,3 % de plus qu’en octobre, selon les données publiées mercredi par le département du Commerce. C’est moins que la hausse de 0,8 % attendue par les analystes.

Le montant total a toutefois été gonflé par l’inflation, qui est désormais au plus haut depuis près de 40 ans.

Les ventes au détail réalisent cependant un bond de 18,2 % par rapport à novembre 2020, lorsqu’un regain de contaminations à la COVID-19 et l’expiration programmée de certaines aides financières d’urgence avaient ralenti la consommation.

La plus forte hausse est observée dans les stations-service : +1,7 % par rapport au mois dernier, et +52,3 % par rapport à novembre 2020.

Cela n’est pas uniquement dû au fait que les Américains achètent plus d’essence, mais surtout au fait que les prix ont augmenté durant des mois, avant de se tasser légèrement ces dernières semaines.

Les magasins d’alimentation et de boissons ont enregistré une hausse de 1,3 % de leurs ventes sur un mois et de 8,6 % sur un an.

Et, alors que les achats des fêtes de fin d’année ont commencé, les magasins d’articles de sport, de musique, de loisirs, et les librairies, ont également vu leurs ventes grimper de 1,3 % sur un mois, et même de 20 % sur un an.

En revanche, les magasins d’électronique et d’électroménager sont à la peine, avec des ventes en retrait de 4,6 % sur un mois. Sur un an, cependant, la hausse est de 16,8 %.

« Les consommateurs ont fait une pause après une frénésie de dépenses en octobre. Nous rattrapons encore le ralentissement des dépenses observé lors de la vague Delta de l’été », a commenté Diane Swonk, économiste pour Grant Thornton, dans une note.

Et elle s’attend à un nouveau ralentissement dans les mois à venir, à cause du variant Omicron, qui « a déjà submergé les hôpitaux dans certaines régions et fait des ravages dans les réservations dans les restaurants ». L’impact « devrait apparaître dans les données du premier trimestre », souligne-t-elle.

Les ventes au détail d’octobre ont quant à elles été un peu plus élevées qu’initialement annoncé : le département du Commerce a révisé les données à +1,8 % au lieu de +1,7 %.

La consommation est le moteur de l’économie américaine, et les ventes au détail permettent de prendre le pouls de la première économie du monde.

L’inflation s’est élevée à 6,8 % en novembre par rapport à novembre 2020, selon l’indice des prix à la consommation (CPI) du département du Travail. C’est la plus forte hausse des prix enregistrée depuis juin 1982.