Avec une hausse de 0,9 % de son produit intérieur brut (PIB) réel en août dernier, l’économie du Québec a non seulement effacé ses pertes, mais aussi dépassé son niveau prépandémie.

Publié le 30 nov. 2021
Karim Benessaieh
Karim Benessaieh La Presse

L’exploit est d’autant plus notable que, pour l’ensemble du Canada, la production économique reste en deçà de 1,4 % par rapport à février 2020. Le PIB réel du Québec sur une base annualisée en août dernier s’est établi à 383,6 milliards, un sommet historique.

« Après avoir été touché plus durement au début de la pandémie, le Québec semble maintenant se relever plus rapidement que le reste du pays », indique une note de Banque Nationale Marchés financiers.

Du côté de Desjardins, on se réjouit que le rebond d’août dernier ait été « nettement supérieur aux attentes ». Il s’appuie « sur la presque totalité des principaux secteurs », après un mois de juillet plus maussade qui a vu une baisse de 0,7 % du PIB. Seule la construction n’a pas profité de ce rebond en août, avec une baisse de 1,7 %. Ce secteur a fléchi pour le quatrième mois d’affilée.

« La période estivale a été favorable dans les industries les plus touchées depuis le début de la pandémie, résume dans sa note Hélène Bégin, économiste principale chez Desjardins. Les allégements additionnels des mesures au cours de l’automne, permettant de remplir les salles de spectacles ainsi que les restaurants, aideront ces industries à poursuivre leur redressement. »

Il reste toutefois beaucoup de chemin à parcourir pour que certains secteurs plus touchés retrouvent leur niveau de février 2020. Selon Banque Nationale Marchés financiers, les « arts, spectacles et loisirs » sont toujours en recul de 36,6 %, tandis que les services d’hébergement et de restauration le sont de 13,2 %.

À l’inverse, les commerces de gros et de détail vont mieux qu’avant la pandémie, avec des hausses respectives de 7,1 et 7,8 %.

Pour le secteur des biens, les segments qui ont le plus contribué à la hausse de 0,9 % en août étaient l’extraction minière (+7,0 %), les services publics (+4,2 %) et la fabrication (+1,5 %). Du côté des services, le commerce de gros (+3,7 %) et le commerce de détail (+2,1 %) ont également contribué.

Pour les huit premiers mois de l’année 2021, le PIB réel du Québec a été de 8,4 % supérieur à celui de la même période de l’année précédente. « En glissement annuel », indique Banque Nationale Marchés financiers, il s’agit d’une hausse de 4,7 %, comparée à 4,1 % pour l’ensemble du Canada.

« Nous demeurons confiants de voir l’expansion se poursuivre en 2022 […], mais tout cela suppose que la situation sanitaire demeure sous contrôle. »