(Washington) La croissance du PIB des États-Unis s’est élevée à 2,1 % au troisième trimestre, selon la deuxième estimation du département du Commerce publiée mercredi, ralentissant fortement par rapport au trimestre précédent en raison notamment de la résurgence de la COVID-19.

Agence France-Presse

De juillet à septembre, la croissance du produit intérieur brut (PIB) s’est établie à 2,1 % en rythme annuel au lieu d’une croissance de 2 % annoncée auparavant. C’est un peu moins que les 2,2 % attendus par les analystes.

Après avoir bondi à 6,7 % au deuxième trimestre, grâce notamment à la campagne de vaccination, la croissance du PIB a ralenti au troisième trimestre.  

« Une résurgence des cas de COVID-19 a entraîné de nouvelles restrictions et des retards dans la réouverture des établissements dans certaines parties du pays », freinant la consommation, a analysé le département du Commerce.

Les aides exceptionnelles versées par le gouvernement depuis le début de la pandémie aux particuliers, aux entreprises et aux collectivités ont par ailleurs reculé sur la période, ajoute l’administration.  

L’inflation, qui est aux États-Unis au plus haut depuis 30 ans, pourrait représenter un frein supplémentaire à la croissance.

Mais de nombreux Américains sont parvenus à assainir leurs comptes pendant la pandémie et voient parallèlement leurs revenus croître légèrement, aussi continuent-ils à dépenser à l’approche des fêtes de fin d’année : les ventes au détail ont grimpé en octobre de 1,7 % par rapport à septembre, de 16,3 % par rapport à l’an passé.

Pour assurer une croissance à long terme, le président Joe Biden compte sur son plan de dépenses sociales et environnementales, qui a été adopté le 19 novembre par la Chambre des représentants, mais doit désormais passer l’étape difficile de rencontrer une majorité suffisamment large au Sénat.