(Washington) Joe Biden n’a encore rien dit sur le maintien ou non de Jerome Powell à la tête de la Réserve fédérale américaine. Et pour cause : en coulisses, les démocrates sont loin d’être d’accord sur l’opportunité de lui offrir un second mandat.

Julie CHABANAS Agence France-Presse

Traditionnellement, le président de la Réserve fédérale (Fed) est reconduit pour un second mandat de quatre ans. Mais le président républicain Donald Trump avait rompu avec cette tradition en nommant Jerome Powell à la place de Janet Yellen.

Les partisans d’une reconduction de « Jay » Powell mettent en avant la stabilité dont l’économie américaine a besoin pour continuer à se redresser.

Ils plaident aussi pour ne pas instrumentaliser politiquement la Fed. Jerome Powell avait certes été nommé par le président républicain Donald Trump. Mais il a su protéger la sacro-sainte indépendance de l’institution financière.

« Alors que notre pays et notre économie font toujours face à l’incertitude, une Réserve fédérale constante et cohérente est essentielle », a récemment relevé le démocrate John Yarmuth, président de la commission du budget de la Chambre des représentants.

L’« engagement dévoué » de Jerome Powell aiderait, selon lui, « à réaliser une reprise équitable, garantissant qu’aucune communauté ou coin du pays ne soit laissé pour compte ».

Le sénateur Jon Tester a, lui, insisté, dans un entretien au Wall Street Journal mercredi, sur l’importance de ne pas politiser la banque centrale.

L’action de « Jay » Powell à la tête de la puissante institution, pendant la crise économique provoquée par la pandémie, est largement saluée.

Au début de la pandémie, il a immédiatement abaissé à zéro les taux d’intérêt et a pris des mesures pour s’assurer que les marchés ne soient pas à court de liquidités.

Mais pour ses détracteurs, M. Powell s’est montré timoré sur des problématiques telles que le changement climatique – qui n’est pourtant pas dans les mandats de la Fed – ou l’égalité raciale.

Risque climatique

« Nous exhortons le président Biden à réinventer une Réserve fédérale tournée vers l’éradication des risques climatiques et vers la promotion de la justice raciale et économique », ont ainsi plaidé cinq élus démocrates de la Chambre des représentants.

« Nous avons besoin d’un dirigeant qui prendra des mesures audacieuses et décisives pour éliminer le risque climatique », ont ainsi souligné Alexandria Ocasio-Cortez, Rashida Tlaib, Ayanna Pressley, Mondaire Jones and Jesus Garcia, dans un communiqué publié le 31 août.

Ils estiment aussi que la Fed « a considérablement affaibli bon nombre des réformes adoptées à la suite de la Grande Récession (suivant la crise financière de 2008, NDLR) réglementant les plus grandes banques ».

La candidate pressentie si Jerome Powell, dont le mandat expire en février, n’était pas reconduit, est Lael Brainard, seule gouverneure démocrate de la Fed, et fervente défenseure d’une stricte règlementation bancaire.  

Son nom avait été cité l’an passé pour devenir secrétaire au Trésor-ministre des Finances - de Joe Biden, poste qui avait finalement été attribué à Janet Yellen.

Elle est aussi en première ligne quant à l’action de la Fed contre le changement climatique, qui « pose des risques importants pour la stabilité financière », avait-elle indiqué en novembre dernier dans un communiqué inédit sur le sujet.

Maison-Blanche muette

Rien n’a jusqu’à présent filtré des intentions de Joe Biden.  

La porte-parole de la Maison-Blanche, Jen Psaki, interrogée sur le sujet ces dernières semaines, n’a fait aucun commentaire.

Selon les médias américains, Jerome Powell bénéficierait du soutien de la secrétaire au Trésor. Ni le Trésor ni la Maison-Blanche n’ont toutefois confirmé cette information.

Une fois le nom annoncé par Joe Biden, le comité bancaire du Sénat interrogera le candidat lors d’une audition. Il reviendra ensuite au Sénat de confirmer ou non cette nomination.

Il y a quatre ans, Donald Trump avait annoncé début novembre la nomination de Jerome Powell dans un contexte d’animosité avec Janet Yellen.

Joe Biden pourrait également faire entrer deux nouveaux démocrates dans l’arène de la Fed, ou reconduire deux gouverneurs dont les mandats expirent dans les mois à venir, Randal Quarles en octobre et Richard Clarida en février.