(Ottawa) L’économie canadienne semble avoir rebondi après sa pire séquence de deux mois depuis le début de la pandémie, et devrait dégager un gain en juin et cumuler une croissance sur l’ensemble du deuxième trimestre, a indiqué vendredi Statistique Canada.

Jordan Press La Presse Canadienne

Dans son estimation préliminaire pour le mois de juin, l’agence fédérale dit s’attendre à ce que le produit intérieur brut affiche une progression annualisée de 2,5 % pour la période d’avril à juin, grâce à une croissance de 0,7 % en juin, alors que les restrictions liées à la pandémie se sont assouplies.

Cette progression ferait suite à des replis de 0,5 % en avril et de 0,3 % en mai.

Avec son recul de mai, l’activité économique du pays se situait environ 2 % en deçà de son niveau de février 2020, soit avant le début de la pandémie. Statistique Canada a indiqué que si la croissance de juin se révèle conforme à son estimation préliminaire, ce retard par rapport à février 2020 ne serait plus que de 1 %.

Il ne faudra peut-être pas beaucoup plus de temps pour regagner ce dernier point de pourcentage, même si la reprise est plus lente pour certains secteurs que d’autres, a indiqué l’économiste en chef de Desjardins, Jimmy Jean.

Les restrictions sont relevées dans une grande partie du pays, à mesure que les taux de vaccination augmentent, et avec les premières indications suggérant une augmentation de l’activité, le pays devrait connaître un rebond assez fort au troisième trimestre en l’absence de tout pépin, a expliqué M. Jean.

L'emploi à la traîne de la reprise

« Je pense que nous parlerons également du fait que l’économie canadienne a complètement récupéré ses pertes d’avant la pandémie », croit l'économiste.

C’est une étape importante, mais je pense que nous devons également nous souvenir que nous n’en sommes pas encore tout à fait là en ce qui concerne le marché du travail. C’est là qu’il reste encore beaucoup de chemin à parcourir.

L’économiste en chef de Desjardins, Jimmy Jean.

La reprise inégale des secteurs a incité le gouvernement fédéral à annoncer vendredi une prolongation de l’aide aux entreprises et aux travailleurs jusqu’au 23 octobre, ainsi qu’un gel des prestations à leurs taux actuels.

S’exprimant à Hamilton, en Ontario, la ministre des Finances, Chrystia Freeland, a expliqué que le gouvernement voulait s’assurer que les petites entreprises en particulier disposent du soutien dont elles ont besoin pour que le pays puisse connaître une reprise complète et vigoureuse.

Les données sur le produit intérieur brut (PIB) publiées vendredi ont dépassé les prévisions faites plus tôt en juillet par la Banque du Canada. Selon la banque centrale, l’économie devrait croître à un taux annualisé de 2 % au deuxième trimestre, et à un taux annualisé de 7,3 % pour le trimestre en cours.

« Les fermetures de printemps dans une grande partie du pays ont déclenché les premières baisses mensuelles du PIB en un an, mais ces revers devraient être inversés dans un délai relativement court, le rebond de juin faisant presque le travail à lui seul », a souligné l’économiste en chef de la Banque de Montréal, Douglas Porter.

Des reculs en mai

Pour le mois de mai, Statistique Canada a indiqué vendredi que le commerce de détail avait reculé de 2,7 %, après une baisse de 5,7 % en avril. Ce secteur a été plombé par les restrictions sur les achats en personne, destinées à lutter contre la troisième vague de COVID-19.

Le secteur des services d’hébergement et de restauration a également été touché par les restrictions et a diminué de 2,4 % en mai, une baisse moins prononcée que celle de 4,3 % enregistrée en avril.

Statistique Canada a indiqué que le secteur de la fabrication avait reculé de 0,8 % en mai, marquant sa troisième contraction en quatre mois.

L’agence a également noté que la construction résidentielle avait chuté de 4,2 % en mai, en baisse pour la première fois depuis novembre 2020, tandis que celui des services immobiliers et des services de location et de location à bail a baissé de 0,4 %, alors que l’activité de revente de maisons ralentissait.

« Alors que les ventes de logements et les niveaux de construction reviennent progressivement à des niveaux plus durables, ce secteur de l’économie pourrait freiner la croissance au cours des prochains mois », a noté l’économiste Sri Thanabalasingam, de la Banque TD.

Juin : embellie dans les services et la fabrication...

Statistique Canada a souligné que l’assouplissement des restrictions de santé publique dans de nombreuses provinces en juin avait contribué à inverser la tendance dans les secteurs qui dépendent davantage des services en personne, comme la vente au détail, l’hébergement et la restauration, qui ont tous connu une croissance.

L’agence ajoute qu’il y a également eu des gains dans la fabrication en juin.

... mais contraction dans la construction

Par contre, les secteurs de la construction et du commerce de gros semblent s’être contractés.

Les données officielles pour le mois de juin et le deuxième trimestre seront publiées à la fin août.

L’économiste Royce Mendes, de la Banque CIBC, a noté que l’économie avait le champ libre pour regagner le terrain perdu cet été, puisque les cas de contamination sont généralement faibles à travers le pays.

« Cela dit, il reste des difficultés à l’horizon, notamment sous la forme de variants du virus, qui ont ralenti les progrès dans d’autres économies développées », a-t-il écrit dans une note à ses clients.