(Toronto) Le prix des propriétés canadiennes s’est apprécié de 25,3 % au second trimestre de l’année en cours par rapport à la même période de 2020 pour atteindre 727 000 $.

La Presse Canadienne

L’Étude sur le prix des maisons de Royal LePage publiée mercredi constate aussi que les pénuries d’inventaires se poursuivent à l’échelle du Canada, mais la firme de courtage signale que le niveau de concurrence observé au cours des derniers mois est en perte de vitesse.

Le prix médian d’une maison unifamiliale détachée a augmenté de 27,1 % d’une année sur l’autre au Canada pour grimper à 765 000 $, tandis que celui d’une copropriété s’est relevé de 11,7 %, à 525 000 $.

Dans les régions métropolitaines, la hausse du prix médian d’une maison unifamiliale détachée s’est établie en un an à 24,9 % à Vancouver, à 1,625 million, à 28,2 % à Toronto, à 1,301 million, de 31,2 % à Ottawa, à 846 250 $, à 10,4 % à Calgary, à 638 000 $ et à 25,5 % à Montréal, à 559 000 $.

Dans tous ces marchés, le prix médian d’une copropriété a aussi augmenté, mais dans une moindre mesure.

Par exemple, dans la région de Montréal, la hausse a été mesurée à 14,1 % par rapport à la même période l’an dernier, à 405 000 $.

Dans la sous-région de Montréal Centre, Royal LePage a observé que le prix médian d’une maison unifamiliale détachée a grimpé de 24,3 % en un an pour atteindre 1,05 million, tandis que celui d’une copropriété a progressé de 9,3 % pour se fixer à 500 500 $.

Dominic St-Pierre, vice-président et directeur général de Royal LePage au Québec, croit que dans la région de Montréal, le plus fort de la hausse des prix est derrière nous. Il note que de nombreux premiers acheteurs potentiels ont reporté leur achat en espérant faire face à une compétition plus saine dans les 6 à 12 prochains mois.

M. St-Pierre attribue la période d’appréciation record des prix à la crise sanitaire. Le retour à des taux d’appréciation plus modérés se fera à mesure que l’économie se rééquilibrera et que la population s’appropriera des habitudes de consommation post-pandémie, à son avis.

En établissant une moyenne pondérée des valeurs médianes de tous les types d’habitation, Royal LePage prévoit que le prix des propriétés du Grand Montréal augmentera de 17,5 % au quatrième trimestre de cette année par rapport à celui de 2020, comparativement à 16 % pour l’ensemble du Canada. La hausse de la région de Montréal serait la plus forte parmi toutes les régions étudiées au pays.