(Ottawa) L’économie canadienne a créé 230 700 emplois en juin, alors que les restrictions mises en place pour ralentir la pandémie étaient progressivement levées à travers le pays, a indiqué vendredi Statistique Canada.

La Presse Canadienne

Le nombre d’emplois à temps partiel a grimpé de 263 900, le ramenant essentiellement à son niveau d’avant la pandémie, tandis que le nombre d’emplois à temps plein a reculé de 33 200.

Selon Statistique Canada, les gains de l’emploi à temps partiel ont été alimentés par les emplois dans les secteurs de la vente au détail et des services alimentaires, qui ont été plus durement frappés par la pandémie. Ces postes sont généralement occupés par des jeunes.

La création de 101 000 emplois dans les services d’hébergement et de restauration représentait le meilleur gain de ce secteur depuis juillet dernier, et le Québec, l’Alberta et la Colombie-Britannique étaient responsables de la plus grande partie de cette augmentation. La croissance dans ce secteur était plus lente en Ontario, où certaines restrictions persistaient sur les repas à l’intérieur.

La plupart des personnes se sont mises à la recherche de travail en juin, après avoir baissé les bras en mai, et la population active totale a grossi ses rangs de 170 000 membres le mois dernier.

Le taux de chômage a reculé à 7,8 % en juin, alors qu’il était de 8,2 % en mai. L’agence fédérale a souligné qu’il s’agissait du deuxième plus faible taux de chômage depuis le début de la pandémie, après celui de 7,5 % enregistré en mars.

Les données de juin plaçaient le pays à environ 340 000 emplois, soit près de 2 %, du niveau du marché du travail en février 2020, soit avant le début de la pandémie.

Selon Statistique Canada, cet écart grimpe cependant à environ 540 000 emplois si on tient compte de la croissance de la population.

L’économiste Royce Mendes, de la Banque CIBC, a souligné que la croissance d’ensemble observée en juin avait surpassé les meilleures prévisions du marché, ce qui pourrait annoncer des gains plus modestes dans les mois à venir.

L’emploi a augmenté en Ontario, au Québec, en Colombie-Britannique et en Nouvelle-Écosse.

Au Québec, le nombre d’emplois a grimpé de 72 000 et le taux de chômage a reculé de 0,3 point de pourcentage à 6,3 %. En Ontario, 117 000 postes ont été créés et le taux de chômage a reculé de 0,9 point de pourcentage à 8,4 %.

Après avoir diminué de 22 000 en mai, l’emploi en Nouvelle-Écosse s’est redressé et a augmenté de 14 000 en juin. Le taux de chômage y a reculé de 0,8 point de pourcentage pour s’établir à 9,0 %.

En revanche, l’emploi a reculé à l’Île-du-Prince-Édouard et il a peu varié au Nouveau-Brunswick. Le taux de chômage a bondi à l’Île-du-Prince-Édouard, de 8,4 % à 11,1 %, alors qu’il a augmenté beaucoup plus faiblement au Nouveau-Brunswick, passant de 9,0 % à 9,3 %.