(Ottawa) L’économie canadienne a crû à un taux annualisé de 6,5 % au cours du premier trimestre, selon des estimations de Statistique Canada.

La Presse Canadienne

Ce chiffre provisoire pour les trois premiers mois de 2021 est en baisse par rapport à la croissance annualisée de 9,6 % des trois derniers mois de 2020.

L’organisme fédéral a rapporté vendredi que le produit intérieur brut (PIB) réel a augmenté de 0,4 % en février au pays, une hausse un peu moins forte que celle de janvier qui avait été mesurée à 0,7 %.

Des renseignements provisoires indiquent à Statistique Canada que le PIB réel devrait avoir augmenté d’environ 0,9 % en mars.

Cette dixième hausse mensuelle consécutive de février a continué à contrebalancer les baisses les plus prononcées jamais enregistrées de l’activité économique canadienne observées en mars et en avril 2020.

Statistique Canada a observé qu’en février, les industries productrices de services — durement frappées par la crise de la COVID-19 — ont progressé de 0,6 %, tandis que celles productrices de biens ont reculé pour la première fois depuis avril, de 0,2 %. Dans l’ensemble, 14 des 20 secteurs d’activité ont affiché une croissance en février.

L’activité économique globale s’est quand même située à environ 2 % en deçà du niveau observé en février 2020, avant la pandémie de COVID-19.

En tenant compte des données préliminaires de mars, Statistique Canada estime que l’économie s’est établie le mois dernier à près de 1 % en deçà de ses niveaux prépandémiques. Les estimations pour le mois de mars et le premier trimestre doivent être finalisées en juin.

Le mois de février a montré une division entre les industries productrices de biens et de services, le commerce de détail ayant bondi de 4,5 % après deux mois de reculs alors que les restrictions sanitaires ont été assouplies dans une bonne partie du pays. Les hausses les plus fortes ont été signalées dans le secteur des magasins de vêtements et d’accessoires vestimentaires, de 23,5 %, et dans celui des magasins d’articles de sport, d’articles de passe-temps, d’articles de musique et de livres, de 28,8 %.

Les magasins de meubles et d’accessoires de maison ont eux aussi connu une augmentation à deux chiffres de leur activité, tandis que les Canadiens continuaient de passer la majeure partie de leur temps à domicile.

De, même, la construction a augmenté de 2 % en février après avoir affiché des hausses au cours des deux mois précédents, et les ventes de matériaux de construction et de jardinage ont aussi progressé.

Le secteur de l’extraction minière, de pétrole et de gaz a pour sa part fléchi pour la première fois en six mois.

Le secteur de la fabrication a également reculé en février, de 0,9 %, après avoir affiché une hausse de 1,5 % en janvier.

Les services d’hébergement et de restauration ont affiché une croissance de 3,5 % en février après avoir diminué pendant cinq mois consécutifs, les bars et restaurants ayant récemment profité de la levée de certaines mesures sanitaires.

L’économiste Royce Mendes, de la Banque CIBC, croit toutefois que la troisième vague de la pandémie viendra annuler une bonne partie, voire l’entièreté, des gains dans les secteurs des services qui impliquent un nombre élevé de contacts.

« La bonne nouvelle est que les données sur l’accalmie entre les vagues révèlent à quelle vitesse l’activité canadienne peut rebondir lorsque le virus est maîtrisé », note-t-il.