(Washington) Les États-Unis ont reproché vendredi à la Chine de n’avoir pas suffisamment mis en œuvre les mesures destinées à protéger la propriété intellectuelle des entreprises américaines, qui étaient prévues dans l’accord commercial signé en janvier 2020 entre les deux pays.

Agence France-Presse

« En 2020, la Chine a publié plusieurs projets de mesures juridiques et réglementaires liées à la propriété intellectuelle et en a finalisé plus d’une douzaine » saluent les services de la représentante américaine au Commerce Katherine Tai, dans le rapport annuel publié vendredi.

Cependant, « ces étapes […] ne sont pas suffisantes », ont-ils déploré.

Les deux pays avaient signé en janvier 2020 un accord commercial, censé mettre fin à deux années de guerre commerciale, qui contenait des dispositions relatives à la protection de la propriété intellectuelle et aux conditions de transfert de technologies, grandes exigences des États-Unis.

« Ne pas protéger efficacement ces droits (de propriété intellectuelle) sur les marchés étrangers nuit à l’économie américaine, au dynamisme des innovateurs américains et aux revenus de nos travailleurs », a déclaré Katherine Tai, citée dans le communiqué.

Nombreux produits copiés en Chine

Washington a également, dans son rapport annuel, mis en garde Pékin sur la contrefaçon, qui « reste une préoccupation mondiale », et dénoncé les ventes illicites rapportées par de nombreux pays au cours de l’année écoulée.

Des quantités importantes de kits de test de la COVID-19, d’équipements de protection individuelle tels que des masques N-95 et équivalents, ainsi que des gels hydroalcooliques, détergents et désinfectants en provenance de Chine ont été jugés contrefaits ».

Rapport de la représentation américaine au Commerce

La contrefaçon a bénéficié de l’explosion des ventes en ligne due à la pandémie, souligné le rapport.

La Chine en retard sur ses promesses d'achat

Katherine Tai avait indiqué mercredi que les États-Unis dressent actuellement un état des lieux des achats effectués par la Chine, qui, dans le cadre de cet accord commercial, s’était engagée à augmenter d’au moins 200 milliards de dollars sur 2020 et 2021 ses achats de produits et services américains.

La « capacité » de la Chine à tenir ses engagements envers les États-Unis est une « priorité », avait-elle assuré, et Washington étudie les « options » à sa disposition pour faire appliquer ces promesses.

Or Pékin n’avait, à la fin du premier trimestre 2021, réalisé que 61 à 75 % des achats prévus à ce stade, selon une étude de Chad Bown, chercheur pour le Peterson Institute for International Economics (PIIE), réalisée à partir des données du commerce international publiées par les deux pays.